Appréciation

Publié le 22 Mars 2016

J'aime le poème page 63 car je trouve que sa réflexion à propos de l'homme et du ciel est très recherchée : «Notre corps a sa limite en hauteur qui l'empêche de monter au ciel».

Je trouve que c'est la phrase-clé de ce poème car l'auteur fait de son recueil une métaphore permanente du ciel, et ici, il démontre que l'homme a ses limites et que peu importe à quel point il se trouve grand, il ne pourra jamais atteindre le ciel. Il aura beau lever les bras en l'air et se grandir autant qu'il peut, il restera un homme, «inférieur» à la nature. Checchetto montre toute la puissance, l'influence et la grandeur du ciel.

Avénie- 1L

Rédigé par Lettres

Repost 0
Commenter cet article