Interprétation

Publié le 21 Mars 2016

   «Juste de l'air à se mettre sous la dent, le ciel ? Juste de l'air à se mette sur la langue, le ciel ? »

   Ce poème semble être la problématique du recueil, et ce serait pourquoi il est formulé à la forme interrogative. Checchetto semble s'adresser à nous, nous demander ce que représente le ciel. On s'attend à ce qu'il réponde à cette question tout au long du recueil. D'ailleurs le dernier poème du livre, reprend exactement ces mots, pour répondre à ces questions, et les met sous forme déclarative, et négative.

   Le premier poème donc, est constitué de deux questions rhétoriques. Évidemment, le ciel n'est pas que cela, c'est beaucoup plus. Mais ces deux lignes remettent en question la vision que nous en avons. Checchetto nous fait réfléchir à la vraie nature du ciel, à ce qu'il est vraiment. On a tendance à le voir comme quelque chose de normal, de commun, alors que Checchetto semble ici nous dire que c'est bien plus que cela.

 

Marie 1S2

Rédigé par Marie 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 1ère

Repost 0
Commenter cet article