L'Elorn

Publié le 23 Mars 2017

J'ai commencé par tremper la feuille dans l'eau pour lui donner un aspect humide. Ensuite, j'ai peint la feuille en bleu avec un rouleau pour rappeler la couleur de l'eau. J'ai mélangé du bleu clair et du jaune pour suggérer l'aspect vaseux et sale de l'Elorn. Puis, j'ai fait des ondulations avec une fourchette pour évoquer le courant. J'ai fait cela lorsque ce n'était pas encore sec pour que la feuille se déchire un petit peu et faire penser aux algues. Pour finir, avec un crayon spécial, j'ai fait des points qui rappellent les poissons. Le tableau se regarde du plus clair au plus foncé, de la surface de l'eau vers la profondeur de la rivière.

Estelle

Estelle

J'ai peint un dégradé de bleu à l'aide d'une éponge en tapotant jusqu'à ne plus distinguer le blanc de la feuille. J'ai choisi cette couleur parce qu'elle représente l'eau. Puis j'ai tout recouvert de marron : en réalité, l'Elorn est plus marron que bleue, à cause de la vase. Pour terminer, avec une fourchette, j'ai gratté la peinture marron encore fraîche jusqu'à faire apparaître le dégradé de bleu. J'ai voulu représenter l'Elorn dans ses moments agités, comme lorsqu'elle passe en-dessous du pont de Rohan. C'est pour cela qu'on distingue des sortes de vagues.

Margot

Margot

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 2de

Repost 0
Commenter cet article