Atelier d'écriture poétique, 2007-2008, page 3

Publié le 31 Mai 2008

La maison en soi

 

Une porte ouverte et des volets clos

des bras tranquilles et confortables,

ronde nocturne à la lueur des flammes,

ver luisant dans l’obscurité...

Un rocher dans la tempête,

un écran de velours,

un nid d’oiseau de nuit :

nid ouaté et duveteux.

Le chant d’un rire

dans la rage de l’orage...

Courses et cabrioles

pieds nus sur les pâquerettes

dans mes robes de petite fille...

Un livre où se rassemblent

les papillons des souvenirs....

                                                Une plage...

                                                où les comètes échouées

                                                ont laissé en souvenir

                                                des contes de l’espace...

                                                Une terrasse de bois blanc

                                                d’où les étoiles sont plus proches,

                                                un soir sur lequel tombent

                                                des pétales de chaleur,

                                                d’où s’évadent et s’envolent

                                                nos têtes comme des ballons

                                                vers d’autres espérances

                                                où l’on revient toujours,

                                                un ciel que l’on regrette

                                                quand on part en voyage...

                                                                                    Une odeur familière

                                                                                    qui règne sur les affaires,

                                                                                    fragrance d’il y a longtemps

                                                                                    lovée au creux des livres,

                                                                                    dans les plis d’un tissu...

                                                                                    Des milliers d’instants,

                                                                                    minuscules et multiples,

                                                                                    comme des éclats de vent,

                                                                                    les pétales d’une fleur

                                                                                    éparpillés autour d’un cœur de miel

                                                                                    à saveur de pollen...

 

Un noyau d’immuable,

bulle d’immensité,

qu’on sème et qu’on emporte                        

sur les sentiers vieillis                         

par le pas des mémoires

et les lambeaux de vent...

                                                                                   

                                                                        Marie – 2de A


Po-sies-047_WEB-copie-1.jpg 







































Po-sies-043_WEB-copie-1.jpg


Mon enfer

 

Les griffures rayent les armures.

 

En ces lieux où la brume est omniprésente,

où des hurlements déchirent la nuit,

se trouve une maison rougeoyante,

de la couleur de l'enfer.

 

C'est une maison remplie d'âmes

se battant avec des lames...

C'est un lieu de haine et de châtiment, un lieu brutal,

où les blessures sont soignées avec du sel,

que les vautours déchirent avec leur bec.

 

C'est une maison de martyrs,

que les bourreaux assassinent impunément.

Dans la maison de Lucifer,

on trouve toutes les créatures que l'on redoute.

Les harpies sont ici chez elles.

 

Les griffures rayent les armures...

Thibault - 2B

Po-sies-038_WEB.jpg




Po-sies-020_WEB.jpg



Un effort pour toit

 

Coeur en ruine                                       Trente ans après

Je marche                                               J’faisais cuire un jarret

Seule dans la bruine                               J’regarde par la f’nêtre

                                                                 Un oiseau dans son nid

Un excès de rage                                     Perché sur un hêtre

Le ciel enrage   

Même Louis Pasteur                                  J’y r’pense

En aurait peur                                             Me remplissant la panse

                                                                    Je ne l’oublierai jamais

Je me suis fourvoyée                                   Aucun remords

A ton sujet                                                    Même pas ta mort

M’a dit l’curé

                                                                       L’oiseau me regarde

Tu m’aimais je l’ croyais                                 Du haut de la mansarde

J’en suis médusée                                          Ses yeux noirs me sondent

Comme un radeau                                         Le ciel gronde

J’prends l’eau

                                                                        Les souvenirs s’effacent

Tu m’l’as dit                                                     Coulent de ma mémoire

Qu’je suis une truie                                          Comme d’un arrosoir

Tu t’es payé ma tronche                                  L’alcool s’évapore

C’est pour ça que je plonge                             Seul reste

                                                                          Le souvenir de ta mort

Tu t’en fous                                                        Rien que ce souvenir

Aujourd’hui je suis seule dans la vie                  Provoque mon bien-être

Au loin j’te vois tu ris                                           Repose en paix

                                                                           Mais n’oublie jamais                       

Mon coeur se déchire                                        Que je reviendrai.                             

Quand j’écoute ton rire

Tu m’as froissée                                                                      Hélène- 2nde A 

Tu vas m’le payer                                                              Po-sies-005_WEB-copie-1.jpg 


Maisons du monde

 

Cachée dans ce monde vert et gris

Tu choisis le vert baobab

Même ici il y a du gris

La savane est détruite

A  coup de fer sur cette terre

Un éléphant gît

L’ivoire a disparu

Les hyènes sont apparues

Rôdent comme les vautours

Dans la cendre elles bondissent

Une lumière rouge

Une odeur crépitante

C’est l’ennemi tant redouté                                                                           Emeline

Ici s’achèvera le voyage.                                                                              2nde A

 

Po-sies-004_WEB.jpg


La maison de miel

 

Maison près d’un champ de mirabelles,

Les abeilles, disciplinées, l’inspectent.

La reine, réveillée par cette danse,

Est tirée de son plus profond sommeil,

Elle qui veille sur cet empire, paresseusement

 

La ruche bourdonne de rires et de joie.

Le calme de la campagne est d’une qualité rare.

Les ouvrières se préparent à s’envoler

Vers leur quête quotidienne

 

Elles sont là, aussi intangibles que des ombres,

A la recherche de sources de miel

Et dénichent une oasis en plein désert

Dont le parfum, si raffiné, ne peut être oublié.

 

De retour à la maison, émerveillées par leur butin,

En file indienne, elles déposent leur trésor.

Toutes encore essoufflées de leurs voyages

Et fatiguées de leurs aventures,

Elles retournent dans leurs alcôves.

 

Nicolas – 2B

Po-sies-035_WEB-copie-1.jpg













































La forteresse en épines

Po-sies-003_WEB.jpg
 

Rédigé par Lettres

Publié dans #Atelier d'écriture poétique - 2007-2008

Repost 0
Commenter cet article