Albane Gellé par Manon, 1ES2

Publié le 3 Mai 2014

 

     Dans le cadre du Printemps des Poètes, la classe de première ES2 a eu le privilège de rencontrer le poète Albane Gellé, accompagnée d'un représentant La Maison de La Poésie de Rennes.


     Durant cette entrevue, les élèves ont d'abord proposé un travail de lecture dynamique de certains poèmes du recueil Tenir Debout, puis ils ont pu poser des questions sur le métier d'écrivain, sur la poésie et sur le recueil lui-même.

 

     Albane Gellé ne considère pas la poésie comme son métier, mais comme une passion survenue autour de 7-8 ans, suite à une « blessure du langage » qui a pris une grande place dans sa vie. En effet, petite, le poète avait beaucoup de mal à s'exprimer à l'oral. L'écriture de ses poèmes fut donc, pour elle, un moyen de contrer cette gêne. La poésie lui permet de tisser le langage comme elle le sent. Le déclic de rédiger ses propres recueils se fit à la lecture d'un des recueils d'Antoine Emaz.

 

     Ensuite, le poète nous a confié que, pour elle, la poésie est une forme d'expression qui concerne tout le monde. Elle dit « la poésie est non éphémère, elle s'impose dans le temps ». Les poèmes d'Albane sont bâtis sur ses expériences ; elle affirme n'appartenir à aucun mouvement littéraire précis et suivre les registres lyriques et formalistes. Le poète est toujours en quête d'amélioration de ses poèmes.


     Pour finir, les questions se sont portées sur son recueil Si je suis de ce monde écrit en marge de l'exposition Tenir Debout au musée des Beaux-arts de Valenciennes. Les poèmes écrits pour l'exposition comportent tous le mot « Tenir » au début des poèmes et le mot « Debout » à la fin. Dans ses poèmes, elle nous présente un monde pas toujours joyeux, avec l'idée de résister face aux difficultés. Albane Gellé nous a expliqué qu'après l'écriture de plusieurs poèmes pour l'exposition, elle a décidé de continuer et d'en faire un recueil.


     L'absence de ponctuation est voulue, car elle permet au lecteur de faire sa propre interprétation. L'ordre des textes est un peu dû au hasard, puisqu'elle a placé tous les poèmes dans une pièce vide et les a assemblés de manière à ce qu'il n'y en ait pas qui se ressemblent par le sens. Elle a accordé beaucoup plus d'importance aux poèmes d'ouverture et de fermeture de son recueil.

 

     La rencontre s'est terminée avec un petit atelier dirigé par Albane Gellé : il s'agissait de chercher différents mots de différentes catégories et de construire un poème en cherchant un sens ou un lien entre les mots, ce qui était plutôt sympathique !

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2014 - Albane Gellé

Repost 0
Commenter cet article