Brassens - La mauvaise réputation

Publié le 29 Avril 2010

Georges Brassens – La mauvaise réputation

(traduction de l'espagnol, d'une chanson de Paco Ibañez, 1953)


Georges Brassens a une capacité à articuler parfaitement lorsqu'il chante, et son accompagnement musical reste plutôt discret, ce qui rend les paroles, en français, facilement audibles. Ces paroles me font penser à « l'Autre », « l'Anderer », dans le Rapport de Brodeck.

 

      Ce personnage inventé de toutes pièces par Philippe Claudel est un homme, nouveau dans un petit village de rustres. Il est poli, aimable, bien habillé, curieux, instruit : c'est un homme cultivé et intelligent. Il cherche à comprendre les choses, à les connaître et il est bien le seul à réfléchir et à se poser des questions sur ce village, où entretenir les secrets et les mystères semble de rigueur. Il est le sujet de commérages et de crimes, comme l'assassinat de ses animaux de compagnie. Il est désigné comme « L'Autre », celui qui n'est pas comme tous ces braves hommes du village, celui qui dérange.

 

Dans sa chanson, Georges Brassens parle de la mauvaise réputation : elle correspond au personnage de « l'Anderer », car lui aussi dérange, même s' il « ne fait pourtant de tort à personne ». De plus les premières paroles sont : « Au village, sans prétention, j'ai mauvaise réputation ».Le cadre spacial semble le même que dans le roman, un village. Dans le dernier couplet de cette chanson qui en comporte quatre, nous devinons la mort : « Pas besoin d'être Jérémie, pour deviner l'sort qui m'est promis, s'ils trouv'nt une corde à leur goût, ils me la passeront au cou ». Dans le roman, l'Anderer est assassiné par les hommes du village, et c'est également le cas pour le personnage imaginé par Georges Brassens (lui ?) dans sa chanson : il sent que sa fin approche.

 

Enfin, je trouve que la façon d'articuler, en insistant sur les sons [r] de Georges Brassens pourrait faire penser à la manière de parler de l'Autre : en tant que dandy, il pourrait avoir une prononciation démesurément bien articulée. Le cadre spacial, le thème principal, et l'air nonchalant de cette chanson correspondent à l'idée que je me suis faite du personnage de « l'Anderer », crée par Philippe Claudel.

Hélène

Rédigé par Lettres

Publié dans #Brodeck musique

Repost 0
Commenter cet article