Centenaire de la Première Guerre mondiale au lycée de l'Elorn

Publié le 29 Mai 2014

        Le mardi 27 mai 2014 a eu lieu l'inauguration d'un panneau d'interprétation à l'entrée du lycée de l'Elorn. Retraçant les grandes étapes de l'histoire du lieu, il invite élèves et passants à se souvenir de la caserne du 19ème RI pendant la Grande Guerre.


P1060688-2.jpg


      Eva, Laurie et Laure sont en 2de et suivent l'enseignement d'exploration "Littérature et Société" (LS3). Pour ouvrir la commémoration, elles retracent l'histoire du lycée depuis la création du couvent des Ursulines. Gaëtan et Florent (1L) prennent le relais en évoquant les mémoires de Désiré Le Rolland sur lesquels ils ont travaillé en ECJS.


 

 

 

      Un autre groupe de "Littérature et Société" (LS2) a présenté le travail réalisé dans le cadre de la préparation de l'émission diffusée la veille sur Radio U (101.1) : la réponse imaginée à une lettre de poilu, une carte postale vocale et des poèmes d'Apollinaire...

 


 

       A la fin de la cérémonie, Laurie et Gwenn découvrent le panneau sous les regards du maire de Landerneau, de la presse et d'une assemblée nombreuse.

 

2

P1060676-2.jpg

 

 

Capture-1-copie-3.jpg

Capture-2-copie-2

Des élèves de seconde D, de seconde H et de première littéraire du lycée de l'Élorn se sont armés de pugnacité pour faire revivre leur site d'enseignement, lorsqu'il servait de caserne (première moitié du XXe siècle), plus particulièrement pendant la guerre 14-18. Le service du patrimoine de la ville leur a fourni les munitions : « Depuis un an, nous travaillons à la mise à disposition d'archives en partie numérisées », a rappelé Marie-Pierre Cariou, responsable du service.

La grande histoire dans un petit cahier

Cette somme de documents comprend des pièces de la collection municipale et des dons privés, comme la correspondance de Désiré Le Rolland. Laissé pour mort dans l'hécatombe de la bataille de Maissin, le soldat forestois a finalement survécu à ses blessures. Ses cahiers, rédigés pendant toute la durée du conflit, se déclinent aujourd'hui dans une frise historique de la Première Guerre mondiale, réalisée par trois élèves de première littéraire. De leur côté, des lycéennes de l'enseignement d'exploration "Littérature et société" ont valorisé, sur les ondes, la matière inestimable révélée par les archives. Leur émission consacrée au temps de la caserne des Ursulines est passée sur Radio U en début de semaine. Mardi soir, au lycée, devant un parterre d'officiels, de profs, d'anciens combattants, de passionnés d'histoire locale, ils ont lu des extraits de lettres poignantes de soldats, de mère ou des poèmes d'Apollinaire, tous évocateurs avec plus ou moins de pudeur de la boucherie absurde de la guerre. Inspirant ce commentaire de Patrick Leclerc, deux jours après le scrutin des Européennes, marqué par la montée des partis nationalistes : « On oublie parfois bien vite ce qu'était l'Europe il y a cent ans ».

Panneau d'interprétation

Les lycéens de l'Élorn, eux, ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas. En point d'orgue de la cérémonie de mardi, les élèves investis dans le projet de mémoire ont dévoilé le panneau d'interprétation de l'histoire de la caserne. Il est accroché aux grilles de l'entrée du cloître de l'établissement scolaire, celle-là même par laquelle sortaient de jeunes gens en armes il y a cent ans. Et que tous n'ont pas retraversé vivants : « Vous êtes les dignes héritiers de la mémoire de nos Poilus et les porteurs de notre mémoire collective », a salué Sylvain Le Berre, directeur départemental de l'Office national des anciens combattants. Le travail des lycéens de l'Élorn a obtenu l'exigeant label du centenaire.



IMG-copie-5.jpg

Rédigé par Lettres

Publié dans #Littérature et société 2013-2014

Repost 0
Commenter cet article