L'amour et les forêts, d'Eric Reinhardt.

Publié le 17 Novembre 2014

Jusqu'au pandémonium.

Bénédicte Ombredanne, dont le nom revient à chaque fois comme un refrain, est une jeune femme éprise de liberté. Elle rencontre un auteur parisien, à la suite d'une lettre très émouvante qu'elle lui a envoyée. Elle lui raconte son histoire : sa vie est devenue une épreuve insoutenable depuis qu'elle a essayé, deux ans plus tôt, de trouver un peu de bonheur et de liberté l'espace d'un après-midi. « Je libérais mon âme de la nuit de ses chaînes. » Harcelée nuit et jour par un mari pervers et manipulateur, Bénédicte Ombredanne perd peu à peu le contrôle de sa vie et entame une descente aux enfers.

 

Rythmé par une qualité d'écriture captivante et un équilibre parfait, ce récit remet le lecteur en question : faut-il sacrifier sa vie pour le bonheur des autres ? Une chose est sûre : le lecteur ne sort pas indemne de sa lecture. Le tragique destin de Bénédicte Ombredanne lève le voile sur la question du sacrifice. Eric Reinhardt nous fait part du combat intérieur de son héroïne dans un roman vivant et fort en émotions, avec une touche de suspense. Bénédicte Ombredanne renonce au bonheur alors qu'elle aurait pu fuir son quotidien infernal. Ainsi, l'auteur nous montre à travers elle, son angoisse de passer à côté de sa vie, de ne pas trouver le bonheur. Avec L'amour et les forêts, l'auteur signe son sixième roman d'une plume gracieuse et sincère. Il nous plonge tout droit dans un univers d'un tragique presque théâtral, et nous laisse face à nous-mêmes.

 

Louise, 1L

tumblr_inline_nb2ajm4ygq1sg4sju.jpg

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2014

Repost 0
Commenter cet article