L'Odet

Publié le 3 Juin 2011

poesie

L'Odet longue marche de tristesse

plus fluide qu'une encre bleu glace

Son odeur plaisante et emplie de delicatesse

éveille les souvenirs de ma tendre enfance

 

L'Odet aussi fragile qu'un miroir

défie avec force l'Odysée des courants

Eau compacte ses ombres noires

reflètent un monde chancelant

 

L'Odet univers de silence

où les feuilles brun cuir se posent en lévitation

Son ruissellement comme une danse

entraîne d'intenses vibrations

 

L'Odet chute dans l'Atlantique

épiée par les végétaux vert menthe

Sa fraîcheur lyrique

frôle les corps tièdes des poissons qui la hantent.

 

 

 

Cassandra, 1ère ES

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Poèmes au fil de l'eau

Repost 0
Commenter cet article