Ulysse

Publié le 29 Avril 2010

           Dans la chanson de Ridan, de multiples points d'interrogation apparaissent. La principale question  " Mais quand reverrai-je ? " correspond bien à Brodeck car il ne savait pas s'il pourrait un jour retourner auprès des siens, Fédorine, Emélia et Poupchette. " Pour ne plus jamais entendre les sirènes et leurs voix " peut faire penser aux voix des hommes des camps de concentration.

           De plus la chanson fait allusion à un " petit village ", cela nous ramène à celui de Brodeck qui n'est pas toujours gai et où il n'a pas beaucoup d'amis.

 

 

" Nos vies sont une guerre où il ne tient qu'à nous

  De nous soucier de nos sorts, de trouver le bon choix,

  De nous méfier de nos pas, et de toute cette eau qui dort,

  Qui pollue nos chemins, soit disant pavés d'or. "

 

          Ce dernier couplet peut faire penser à la période des camps de concentration. Brodeck a décidé de se battre pour pouvoir s'en sortir. Il ne voulait pas écrire ce rapport mais il a dû accepter pour na pas finir comme l'Anderer. Il a rencontré de nombreux obstacles au cours de sa vie comme les hommes des camps de concentration ou les hommes de son village.

           La chanson fait appel aux moments difficiles de la vie de Brodeck.

 

 

 

Mégane, 1ES2

Rédigé par Lettres

Publié dans #Brodeck musique

Repost 0
Commenter cet article