Publié le 31 Mai 2008

La maison en éclats de verre

 

La maison faite d’éclats de verre,

Est entourée d’un halo qui luit.

Les carreaux tranchants sur les murs

Limpides forment un collage confus.

Ils ne rendent pas plus fragile

La cage de cristal où la raillerie résonne.

 

Une voix carillonne, piquante, agressive, mordante :

Piquante comme une brûlure froide,

Agressive comme le râle d’un fauve,

Mordante comme des crocs ensanglantés.

 

Un spectre qui glace le cœur et les entrailles,

S’échappe du lointain pour déguster,

Sa vengeance exquise dans cet univers fragile.

 

La colère de la tempête s’amasse

Sur le toit plat et calme.

Secrète, vide, peinée, la maison

Déverse son flot de larmes,

Sur le plancher qui givre.

Sa froideur nous transporte

Dans un abîme délicat et faible.

 

Le silence parle avec la porte,
Tandis que le mépris traversles fenêtres...


Morgane - 2B

 

































La maison de là-bas
       

Croit-on qu’il existe pareille maison ?

Elle est tout en bois de haut en bas.

Sa grande cheminée, habitée par des araignées,

Indique que personne n’y a séjourné depuis des années.

 

Un vieux tapis piétiné est à l’entrée.

Au mur, près d’un petit cabinet, sont accrochées des pagaies.

De petits cageots posés sur les lumières créent

Un chaleureux rayonnement très particulier.

 

Des livres reposent sur le plancher,

Tombés des étagères surchargées.

Au mur, des toiles sont accrochées

Attisant notre curiosité.

 

Au premier regard, elle attire

Et ne donne plus envie de partir.

On voudrait y vivre et y vieillir

En évitant les pleurs et en espérant les rires.

 

                                                                        Gwenn – 2B






La maison de plume

 

Temps favori, il fait froid

Souris avec lacune.

Un monde neuroleptique

Où les autres sont pris...

Pleure en silence,

Enferme-toi

Dans tes joues rosées

Glisse dans les méandres

De ton âme...

Un cri, le dernier,

Tu blêmis,

Quitte ton lit douillet

Pour affronter ton

Ignoble folie

Tu t’évades,

Les lèvres closes,

Tu déglutis et,

Fond dans ta gorge

La pilule...

Les yeux clos,

Un éclair de douleur fuse,

Puis te transperce,

Douillette, sa douceur

T’a enveloppée

Et ton cri retentit

Une plume t’effleure,

Tu t’es tue,

Fatigue, silence, comme tétanisée,                                       
Organes ankylosés.                                       Hélène - 2A                                       



La maison de feu













































La maison en copeaux de verre

 

La maison aux enluminures légères

Eclairée d’un soupçon de douceur

Donne naissance à des sourires tendres et joyeux

Comme sous le frémissement d’une caresse…

 

La maison en copeaux de verre

Nous blesse de ses éclats tranchants

Nous heurte de sa maladresse

Jusqu’à nous atteindre au plus profond de nous-mêmes…

 

La maison aussi silencieuse

Qu’une jeune fille rêveuse

Nous apaise de sa douce musique

Et nous berce dans notre solitude…

 

Dans cette maison translucide

On peut observer la pâleur

Des murs peints de glace.

On est libre de s’en évader…

 

                                                                                Carole – 2B



La maison en perles d’eau

 

Ruisselant le long du couloir

Tu échappes aux âmes errantes

Elles veulent te liquider

Mais ne peuvent t’attraper

Tu te glisses dans une flaque de larmes

Et tu roules telle une goutte d’eau en boule

 

T’évadant le long de l’escalier

Tu plonges d’un côté et de l’autre

De cette cascade enchantée

Tu coules sur la rambarde

De ses marches protégées                                                        Fanny

Tu atterris telle une perle dans une flaque d’eau                     2nde  A



  


 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Atelier d'écriture poétique - 2007-2008

Repost0

Publié le 31 Mai 2008

La maison en soi

 

Une porte ouverte et des volets clos

des bras tranquilles et confortables,

ronde nocturne à la lueur des flammes,

ver luisant dans l’obscurité...

Un rocher dans la tempête,

un écran de velours,

un nid d’oiseau de nuit :

nid ouaté et duveteux.

Le chant d’un rire

dans la rage de l’orage...

Courses et cabrioles

pieds nus sur les pâquerettes

dans mes robes de petite fille...

Un livre où se rassemblent

les papillons des souvenirs....

                                                Une plage...

                                                où les comètes échouées

                                                ont laissé en souvenir

                                                des contes de l’espace...

                                                Une terrasse de bois blanc

                                                d’où les étoiles sont plus proches,

                                                un soir sur lequel tombent

                                                des pétales de chaleur,

                                                d’où s’évadent et s’envolent

                                                nos têtes comme des ballons

                                                vers d’autres espérances

                                                où l’on revient toujours,

                                                un ciel que l’on regrette

                                                quand on part en voyage...

                                                                                    Une odeur familière

                                                                                    qui règne sur les affaires,

                                                                                    fragrance d’il y a longtemps

                                                                                    lovée au creux des livres,

                                                                                    dans les plis d’un tissu...

                                                                                    Des milliers d’instants,

                                                                                    minuscules et multiples,

                                                                                    comme des éclats de vent,

                                                                                    les pétales d’une fleur

                                                                                    éparpillés autour d’un cœur de miel

                                                                                    à saveur de pollen...

 

Un noyau d’immuable,

bulle d’immensité,

qu’on sème et qu’on emporte                        

sur les sentiers vieillis                         

par le pas des mémoires

et les lambeaux de vent...

                                                                                   

                                                                        Marie – 2de A


Po-sies-047_WEB-copie-1.jpg 







































Po-sies-043_WEB-copie-1.jpg


Mon enfer

 

Les griffures rayent les armures.

 

En ces lieux où la brume est omniprésente,

où des hurlements déchirent la nuit,

se trouve une maison rougeoyante,

de la couleur de l'enfer.

 

C'est une maison remplie d'âmes

se battant avec des lames...

C'est un lieu de haine et de châtiment, un lieu brutal,

où les blessures sont soignées avec du sel,

que les vautours déchirent avec leur bec.

 

C'est une maison de martyrs,

que les bourreaux assassinent impunément.

Dans la maison de Lucifer,

on trouve toutes les créatures que l'on redoute.

Les harpies sont ici chez elles.

 

Les griffures rayent les armures...

Thibault - 2B

Po-sies-038_WEB.jpg




Po-sies-020_WEB.jpg



Un effort pour toit

 

Coeur en ruine                                       Trente ans après

Je marche                                               J’faisais cuire un jarret

Seule dans la bruine                               J’regarde par la f’nêtre

                                                                 Un oiseau dans son nid

Un excès de rage                                     Perché sur un hêtre

Le ciel enrage   

Même Louis Pasteur                                  J’y r’pense

En aurait peur                                             Me remplissant la panse

                                                                    Je ne l’oublierai jamais

Je me suis fourvoyée                                   Aucun remords

A ton sujet                                                    Même pas ta mort

M’a dit l’curé

                                                                       L’oiseau me regarde

Tu m’aimais je l’ croyais                                 Du haut de la mansarde

J’en suis médusée                                          Ses yeux noirs me sondent

Comme un radeau                                         Le ciel gronde

J’prends l’eau

                                                                        Les souvenirs s’effacent

Tu m’l’as dit                                                     Coulent de ma mémoire

Qu’je suis une truie                                          Comme d’un arrosoir

Tu t’es payé ma tronche                                  L’alcool s’évapore

C’est pour ça que je plonge                             Seul reste

                                                                          Le souvenir de ta mort

Tu t’en fous                                                        Rien que ce souvenir

Aujourd’hui je suis seule dans la vie                  Provoque mon bien-être

Au loin j’te vois tu ris                                           Repose en paix

                                                                           Mais n’oublie jamais                       

Mon coeur se déchire                                        Que je reviendrai.                             

Quand j’écoute ton rire

Tu m’as froissée                                                                      Hélène- 2nde A 

Tu vas m’le payer                                                              Po-sies-005_WEB-copie-1.jpg 


Maisons du monde

 

Cachée dans ce monde vert et gris

Tu choisis le vert baobab

Même ici il y a du gris

La savane est détruite

A  coup de fer sur cette terre

Un éléphant gît

L’ivoire a disparu

Les hyènes sont apparues

Rôdent comme les vautours

Dans la cendre elles bondissent

Une lumière rouge

Une odeur crépitante

C’est l’ennemi tant redouté                                                                           Emeline

Ici s’achèvera le voyage.                                                                              2nde A

 

Po-sies-004_WEB.jpg


La maison de miel

 

Maison près d’un champ de mirabelles,

Les abeilles, disciplinées, l’inspectent.

La reine, réveillée par cette danse,

Est tirée de son plus profond sommeil,

Elle qui veille sur cet empire, paresseusement

 

La ruche bourdonne de rires et de joie.

Le calme de la campagne est d’une qualité rare.

Les ouvrières se préparent à s’envoler

Vers leur quête quotidienne

 

Elles sont là, aussi intangibles que des ombres,

A la recherche de sources de miel

Et dénichent une oasis en plein désert

Dont le parfum, si raffiné, ne peut être oublié.

 

De retour à la maison, émerveillées par leur butin,

En file indienne, elles déposent leur trésor.

Toutes encore essoufflées de leurs voyages

Et fatiguées de leurs aventures,

Elles retournent dans leurs alcôves.

 

Nicolas – 2B

Po-sies-035_WEB-copie-1.jpg













































La forteresse en épines

Po-sies-003_WEB.jpg
 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Atelier d'écriture poétique - 2007-2008

Repost0

Publié le 31 Mai 2008

.



La maison faite d’écorce

 

La maison faite en écorce de hêtre

N’est pas très grande, mais très joyeuse.

Pour moi, cette maison est le symbole du cocon familial.

 

Sa couleur plutôt foncée

Montre la sève de l’arbre mort à jamais.

Sa forme, qui ne ressemble à aucune autre,

Est propre à elle-même et facilement reconnaissable.

 

Son odeur si particulière

Inspire la joie de vivre à quiconque y entre.

Son intérieur d’une beauté rare

Révèle l’amour qu’il a fallu donner pour la fabriquer.

 

Lorsque la maison laisse entrer le soleil,

Sa clarté intérieure

Redonne la joie de vivre aux plus désespérés

Et aux autres un sentiment de gaîté pour la journée.

 

                                                                                                                        Stephen – 2B



La maison en bouts de chiffon




La maison en larme de cristal

 

De la transparence à pleins poumons

Tu t’enfonces seul,

Dans cette maison en larme de cristal,

L’eau magique y est souveraine

Sur la rivière de la nuit,

Tu files sans bruit

Et tu t’agrippes ardemment à la rive,

Les flots te rejettent,

Et tes larmes roulent en billes sur tes joues.

Tu te trouves un lieu

Dans cette maison en larme de cristal

Où le dessein fait la vie,

Ton monde ne s’écoule plus,

Figeant un amour que tu désirais

Dans le fond cristallin de la baignoire.

Tes plus grandes haines explosent dans un « dégueulis » de paroles

Et tu vagabondes dans cette maison en larme de cristal

Perdu dans les étoiles éparses,

Où les mots et les maux n’existent plus.

Jérémiah 2nde A        


L'abri sous la neige





La maison en pierre

 

La maison près de la berge

 

Reposait sur les rochers que la mer

 

Avait déposés il y a de cela quelques années déjà.

 

Les vagues qui s’écrasaient sur les rochers devant la maison

 

Faisaient ressentir une émotion, si forte qu’elle atteignait son paroxysme.

 

 

Les enfants batifolaient sur la sente

 

Bordée d’un somptueux parapet.

 

Une énorme vague vint percuter les murs de la maison en pierres taillées

 

Détruisit la maison et emporta les enfants.
                                                                       Jimmy – 2B


 La maison de flammes





La maison en aiguille

 

 

 

Si j’étais triste, je partirais

Dans une maison faite de miroirs qui

Refléteraient la lumière de l’espoir.

 

La lumière de l’espoir rend

Cette maison brillante comme l’inox.

 

L’inox donne à la construction de fil de fer

Un air vieilli comme si elle était ridée.

 

Les rides de la maison forment

Des fentes entre les aiguillons

Qui, quand on les regarde, nous semblent

Ne jamais se finir.

 

Ces fentes sont si profondes

Que, quand

On les observe,

On a l’impression d’entrer dedans.

 

Les jours de beau temps

Elles brillent tellement

Que quelques petites pointes de fer

Semblent apparaître devant nous.

 

Ces petites pointes s’illuminent

D’un tel scintillement

Qu’elles éblouissent nos yeux

Avec leur éclat si parfait au soleil.

 

Ma maison est une aiguille

Argentée,

Composée de copeaux de métal.

Elle est unique en sa matière.

 

 

 

Angélique - 2B




La maison de feu




La Maison en forme de cercueil

 

 

- Ma Maison en métal est aussi froide que la glace,

              Aussi rigide qu'un homme de glace.

      Ma vie est aussi rude que l'ascension de l'Himalaya.

 

     - Ma Maison est aussi abandonnée que Jules César avant sa mort.

    Le bonheur m'est infidèle,

    Le malheur et la tristesse sont mes plus grands compagnons, 

     Mon existence est une bataille que le diable ne peut perdre.

 

  - Ma Maison est aussi lugubre qu'un enterrement                                     
Où chaque mot peut être interprété comme une déclaration de guerre.

 

 - Ma Maison a une couleur rouge sang, des barreaux aussi rigides

       Qu'un bloc de marbre et aussi lourds qu'une tonne de plomb.

   Dans ce bâtiment tu demandes la mort,

     Car cette geôle représente tes erreurs et tes torts...

             

 ANTHONY - 2B


La maison en fil de fer





.La maison en trop de maux.

 

La maison de verre

 

La maison de verre ne se mêle pas aux autres,

Pourtant elles est aussi invisible

Que la feuille de l’arbre en hiver.

Elle est fragile,

Mais ne sera jamais cet amas de cendres

Laissé par le bois après les flammes.

 

La maison de verre ne laisse aucune intimité.

Malgré cela, on s’y sent caché

Derrière des murs épais.

Elle n’est qu’un mirage aux yeux des hommes,

Mais elle reflète ce que nous sommes.

 

La maison de verre est unique

Sa transparence la distingue de toutes les autres.

Ses parois lisses

Laissent couler les fines larmes de pluie

En y reflétant la lumière aveuglante du soleil.

 

La maison de verre est comme une eau gelée

Sur laquelle il serait impossible de glisser.

Elle ne laisse transparaître

Que les êtres qui voudraient y habiter.

 

                                                                                                                                    Guillaume 2B






La maison incendiée


Fluidité du refuge ?




La maison d'illusion



La maison en fils de coton




Mon palais au silence de bois




Compte à rebours




La maison de sable




  La maison en échardes

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Atelier d'écriture poétique - 2007-2008

Repost0

Publié le 31 Mai 2008

La maison de sable




Exposition des travaux au C.D.I.

                    Fin de l'année scolaire : les travaux des élèves sont exposés au C.D.I. C'est l'occasion pour chaque classe de découvrir le travail de l'autre.








Dire les textes...

                    Dans le même temps, les élèves ont lu ou dit quelques textes. Après avoir découvert les Brigades d'Intervention Poétique et entendu Linda Maria Baros lire ses poèmes, ils ont pu à leur tour s'exprimer oralement.





 













Fin de la rencontre...




La maison en lames de rasoir
de Linda Maria BAROS





Petite revue de presse




.

Le travail de l'apprenti poète...

Première version

Deuxième version

Troisième version

Version finale

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Atelier d'écriture poétique - 2007-2008

Repost0