Publié le 3 Mai 2017

Les poèmes de Nicolas Tardy traitent en majorité de la société de consommation sous un air innocent comme si un robot parlait de façon neutre. Le poème qui commence par « Bac Terrien...» parle du nettoyage ménager (d'où le nom du recueil) en utilisant un vocabulaire lié au nettoyage.

Ewen 1S2

Voir les commentaires

Rédigé par Ewen 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

Ainsi font font font, réfléchir les poèmes de Nicolas Tardy sur notre consommation… (référence à son poème «Chiffon fond fond...»)

Hugo 1S2

 

Voir les commentaires

Rédigé par Hugo 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

Ramasse, Amasse, Ah… masse ! Débarrasse. Jamais ne cesse sans cesse. Sans queue ni tête ; des foules défilent, déboulent et se défoulent le long des files et sans… fil. Cartonnage, emballage, rayonnage, déballage.

Hugo 1S2

Voir les commentaires

Rédigé par Hugo 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

Le poème de Nicolas Tardy c’est le désordre arrangé pour déranger car il veut dénoncer notre tendance à consommer et à ranger selon des règles imposées par la société. 

Hugo 1S2

Voir les commentaires

Rédigé par Hugo 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

L’auteur choisit la prose car elle n’est pas astreinte aux règles de la versification et du rythme qui sont propres à la poésie. On peut penser qu’il préfère un mode désordonné pour faire référence à la thématique de son recueil. Nicolas Tardy semble ne pas vouloir ranger sa propre poésie tout comme il dénonce le rangement, les pratiques que la société nous impose ; or elles ne sont pas indispensables à notre survie.

Hugo 1S2

Voir les commentaires

Rédigé par Hugo 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

Dans le poème «& Mir à beau, […] Trimer sur, les fentes, la fiente», Nicolas Tardy fait référence au poème de Guillaume Apollinaire dont le premier vers est «Sous le pont Mirabeau coule la Seine». Quoi qu’il arrive la Seine coulera toujours sous le pont Mirabeau, ainsi quoi qu’il se passe on continue de consommer à flot et on continuera.

Hugo 1S2

 

Voir les commentaires

Rédigé par Hugo 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

S’il fallait retenir une seule phrase du recueil se serait «l’impossibilité de résister au besoin de consommation».

Hugo 1S2

Voir les commentaires

Rédigé par Hugo 1S2

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2017 en 1ère

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

       J'ai choisi d'appeler le recueil « Sans ménagement» : il y a dans chaque poème, beaucoup de verbes d'intensités, ainsi que des homophonies  à la suite, ce qui donne l'impression d'une activité très intense. Dans ce recueil Tardy évoque beaucoup le ménage, c'est pour cela aussi que j'ai décidé d'appeler ce recueil « Sans ménagement ».

Anna Vassal 1S2

 

 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 3 Mai 2017

Appellation : Proposer un nouveau titre au recueil et justifier son choix.

Arts-rangés 

La poésie est un art. Le mot « Rangés » fait référence au terme « ménagers ». Et le jeu de mots rappelle que les poètes arrangent les mots pour leur donner du sens.

Iwen 1S2

Voir les commentaires

Rédigé par Iwen 1S2

Repost0