Publié le 18 Mai 2016

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 2de

Repost0

Publié le 18 Mai 2016

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 2de

Repost0

Publié le 18 Mai 2016

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 2de

Repost0

Publié le 18 Mai 2016

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 2de

Repost0

Publié le 18 Mai 2016

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 2de

Repost0

Publié le 18 Mai 2016

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 2de

Repost0

Publié le 18 Mai 2016

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2016 en 2de

Repost0

Publié le 8 Mai 2016

29 avril 2016

29 avril 2016

La Carène. Vianney, ses amis ses amours, ses emmerdes
Là, Vianney l'était, hier, à La Carène. Le chanteur aux paroles entêtantes a répondu aux questions de 29 lycéens de seconde, que ce soit sur sa vie en général, son inspiration, mais aussi son succès auprès des filles...
Les 29 élèves de seconde du lycée landernéen de l'Élorn étaient tous assis, hier, au rez-de-chaussée de La Carène. Feuilles à la main pour certains, carnet et stylo pour d'autres, comme Alexandre, l'heure était aux derniers détails, avant l'arrivée de Vianney, qu'ils devaient interroger dans le cadre des Chroniques lycéennes (*). Trente-trois, c'est le nombre de questions qu'ils avaient préparées en cours, avec leur prof de français, Anne-Catherine Réguerre. « Mais en 20 minutes, ils n'auront pas le temps de toutes les poser ! », réagissait cette dernière, avant d'inviter ses élèves à, peut-être, sortir leur téléphone pour s'en servir de dictaphone...
 
« Je n'ai pas le temps »
16 h 15, Vianney arrive, après une fausse alerte. Les lycéens sont bouche bée, ou presque. D'ailleurs, c'est lui qui commencera par poser les questions, notamment sur ce qui les amène. Bonne mise en jambes. Les ados finissent par se lancer : comment il en est venu à la musique, quelles sont ses sources d'inspiration, ce que ça fait d'être, à 25 ans, l'artiste interprète de l'année aux dernières Victoires de la musique, mais aussi... « Est-ce c'est plus facile avec les filles ? », lance Elie. « C'est la question qui leur tenait le plus à coeur », précise Anne-Catherine Réguerre. La réponse est gênée. « Je n'ai pas le temps ». Hop, c'est botté en touche pour celui qui a tapé dans le ballon ovale au Racing Metro quand il était ado et qui en profite pour lancer quelques piques gentillettes à la cantonade : « On fait quoi comme sports ici, à Brest ? De la voile ? Ou du futsal ? On m'a dit qu'un temps comme celui d'aujourd'hui était rare ».
 
Joyce Jonathan ou Louane ?
Mais les poseurs de questions, aussi jeunes soient-ils, reviennent à la charge, après un passage par ses voyages, ce qu'il écoute, sa chanson préférée ? « Mistral gagnant » ? ou ses revenus. « Est-ce que c'est vrai que vous avez une relation avec Joyce Jonathan ? », questionne Juliette. Quelques filles sont tout ouïes. « J'ai lu ça, comme j'ai lu que j'étais avec Louane ou avec un homme !, répond Vianney. C'est faux, je m'en fous. Mais le problème, c'est que mes parents me posent la même question ! ». 16 h 35, le « petit panda », comme son régisseur le nomme, est appelé par ce dernier, afin d'effectuer les balances pour le concert du soir. Balances auxquelles les lycéens ont assisté, du haut du balcon, avant de rentrer et débriefer. « Peut-être écrira-t-on quelque chose dessus... », concluent Thibault, Tony et Elie. * À partir d'une sélection de 20 titres de la nouvelle chanson francophone, réunis sur un CD, les lycéens, accompagnés de leurs enseignants, sont invités à rédiger des chroniques ou critiques musicales, dont les plus pertinentes sont publiées dans un supplément de Télérama.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/la-carene-vianney-ses-amis-ses-amours-ses-emmerdes-29-04-2016-11048644.php#

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Repost0

Publié le 8 Mai 2016

28 avril 2016

28 avril 2016

Les lycéens de l'Elorn ont échangé, en toute simplicité, avec Bertrand Belin.

Les lycéens de l'Elorn ont échangé, en toute simplicité, avec Bertrand Belin.

Le répertoire de la musique actuelle donne aussi de la matière aux cours de français. Erwan Menesguen et Anne-Catherine Reguerre, deux enseignants du lycée de l'Elorn, ont branché leurs élèves de seconde sur le concours de critiques musicales de l'Académie Charles-Cros. Chaque année, il récompense les meilleures nouvelles productions de chanson française. Plusieurs morceaux ont été étudiés en classe, dont un du musicien-chanteur-compositeur Bertrand Belin, à l'affiche, vendredi dernier, à La Carène. L'occasion de rencontrer l'artiste, natif de Quiberon, était trop belle. Les jeunes et leurs profs ne l'ont pas ratée. Loin de l'image de la rock star diva capricieuse, Bertrand Belin s'est montré très abordable et s'est plié au jeu des questions-réponses avec les lycéens, dans le hall de la salle orange rouille du port de co. « Cette rencontre leur a donné l'occasion d'évoquer le travail du chanteur, son inspiration, les conditions, enthousiasmantes ou parfois plus difficiles, dans lesquelles il poursuit son travail », a noté Erwan Menesguen. Les jeunes ont, ensuite, eu le privilège d'assister à une partie des répétitions du groupe.
 
Au tour de Vianney
Les Landernéens ont également saisi l'opportunité de cette excursion brestoise pour découvrir la salle de concert La Carène et ses missions : organisation de spectacles, accompagnement des groupes locaux (jusqu'à l'enregistrement parfois) et plus largement de tous ceux qui se destinent à un travail dans le monde de la musique. Un second groupe d'élèves s'immergera, aujourd'hui, dans ce même parcours. Avec la rencontre d'un autre artiste à la clé. Et pas des moindres : Vianney, le tout jeune vainqueur des Victoires de la musique.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/landerneau/lycee-de-l-elorn-a-la-rencontre-d-artistes-28-04-2016-11047136.php

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Repost0

Publié le 6 Mai 2016

Salomé Leclerc, dans cette chanson, évoque la ville de sa première tournée. Cela fut pour elle un passage marquant. Elle nous transporte sur un chant mélodieux qui laisse planer des mots obscurs sur sa voix douce.  La chanteuse se laisse emporter par son idéal : les instruments de cette chanson se complètent les uns des autres pour monter en crescendo dès le début de la mélodie.  Le rythme endiablé joué par la guitare soutient les paroles limpides de la chanteuse, qui raisonnent dans la nuit noire … , le martèlement constant de la grosse caisse et du tambourin nous oblige à suivre le mouvement du chant émaillé de comparaisons, «Comme le courant portant nos vies »,  «Comme si des loups pointaient nos vies »... Ainsi, le texte de l'artiste est-il écrit sous la forme d'un poème truffé de strophes et le champ lexical le plus présent nous invite-t-il dans un monde rempli de mystère, de noirceur, de nuit, la nuit qui commence dès le début de cette mélodie : les lumières s’éteignent, et la ville s'endort mais Salomé chante encore ... 

Alexandre et Nicolas, 2A           

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Repost0