Publié le 7 Décembre 2020

        Mariage forcé, viol conjugal, polygamie. Djaïli Amadou Amal brise les codes en dénonçant la brutalité physique, mais aussi psychologique que subissent les femmes du Sahel. Djaïli Amadou Amal est une femme de lettres camerounaise et une militante féministe. Mariée à dix-sept ans, dans le cadre d’un mariage forcé, elle a connu tout ce qui rend difficile la vie d’une femme du Sahel. 
          Trois femmes, trois histoires et trois destin liés. Ce roman retrace la vie de la jeune Ramla, dix- sept ans arrachée de son amour pour se marier de force avec Alhadji Issa, un homme riche et déjà marié. Hindou sa sœur du même âge subit également un mariage forcé avec Moubarak son cousin, un homme alcoolique, trompeur, mais surtout violent. Quant à Saphira, trente-cinq ans, elle subit la polygamie de son mari avec Ramla, elle ne voit pas ce mariage d’un très bon œil et va donc tout faire pour que celle-ci soit répudiée.
       Patience ! Voilà le seul conseil de leur famille, car il est impensable d’aller contre la volonté d’Allah. 

          Qu’est-ce qui nous retient attaché à ses pages ?

          Djaïli Amadou Amal nous livre un récit bouleversant sur les violences faites aux femmes. Ce roman qui me rappelle mes origines met en valeur la situation des femmes du Sahel. C’est un récit entraînant, mais aussi poignant, car il témoigne de la réalité. Ces femmes sont soumises à une vie précoce, elles sont comme des lionnes en cage sans pouvoir se libérer de cette souffrance. C’est un récit rempli de tristesse, raconté avec douceur et sagesse, dans lequel les mots nous emportent dans un monde inconnu. Ces femmes subissent des viols conjugaux, elles sont battues, humiliées. Mais elles subissent également une violence économique car on les empêche de finir leurs études, de se former ou encore même de travailler ; elles ne sont pas indépendantes. On ne leur donne pas la possibilité de rêver et de choisir ce qu’elles veulent faire de leur vie, mais la volonté d’Allah les oblige à garder pied. L’auteure dénonce toutes ces injustices et appelle à une prise de conscience pour que cela cesse. Ce récit émouvant, nous donne envie de nous battre et de montrer que les choses doivent, mais surtout peuvent changer. Il nous entraîne dans un univers et un monde inconnu, que vous aussi pouvez découvrir si vous prenez le temps d’y jeter un œil. 

          Patience et tu verras.
          Patience et le bonheur arrivera.
          Patience et ma vie s’arrangera.
        Ces quelques mots sont les leurs, ceux de Ramal, d'Hindou et de Safira, elles doivent les introduire en elles qu’elles le veuillent ou non.


Erwana 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Décembre 2020

L'Enfant céleste de Maud Simonnot

Invitation au voyage 

Partons à la rencontre de deux personnages prisonniers de leurs blessures et accompagnons-les vers leur renaissance tout au long de leur cheminement libérateur.

Pour son deuxième roman, intitulé L’Enfant céleste, Maud Simonnot nous emmène à la découverte de l'île légendaire de Ven, en Suède. C'est une histoire à deux voix, celle de Mary, femme prise dans les tourments d'une rupture sentimentale, et de Célian, son fils, enfant surdoué et rêveur, que le système scolaire rejette. La mère et l'enfant entreprennent un voyage sur l'île de Ven, un écrin de nature et d'étoiles en Suède.

C’est une aventure pour cette mère qui décide de tout plaquer pour emmener son fils sur cet îlot de légende, un coin de paradis qui les fait rêver. Le choix est raisonné, car c'est une terre mythique qui a accueilli au XVIème siècle, Tycho Brahe, un illustre astronome danois de la Renaissance, fondateur du premier observatoire et surtout inspirateur d'Hamlet de Shakespeare. Un personnage qui éveille l'admiration de Mary et Célian.

Sur cette île, mère et fils se découvrent moins fusionnels, chacun va développer ses aspirations et vivre avec des personnes qui, par leur situation géographique, sont ancrées dans ce territoire. Il est fascinant de voir comment Mary et Célian se coulent avec aisance dans le monde de Solveig, leur logeuse sur l'île, dans celui d'un marin et d'un spécialiste de Shakespeare et de Brahe.

Dès le premier contact avec le livre, la couverture annonce la couleur : un bleu qui évoque le ciel, l’eau, la mer, l’espace, l’air et les voyages. Ses tons clairs nous font dériver vers des horizons de merveilleux, de liberté, de rêve et de jeunesse et nous incitent à nous laisser glisser dans cette ambiance. Le périple ressemble véritablement à une évasion : une écriture limpide, une nature généreuse qui invite à oublier ses blessures. Le voyage permet avant tout de renouer avec des plaisirs simples pour vivre des instants magiques. L’amour maternel que porte Mary à son fils et à sa fragilité sont touchants.

A travers ses 162 pages, l’auteure nous captive par son invitation à débrider notre sensibilité, à préserver la forêt imaginaire de notre enfance, à rêver d’une île... pour mieux s’ouvrir au monde, un monde où les problèmes s’envolent pour laisser place à un apaisement intérieur. Maud Simonnot fait de ce roman, aux courts chapitres, un magnifique récit d’exploration sur des terres inconnues. Un voyage tout en délicatesse, en observations et quête de connaissances. L’auteure intègre à son récit les controverses concernant Shakespeare avec cohérence et fluidité. Cette lecture nous encourage à découvrir le curieux Tycho Brahe à travers une constellation d’histoires, sur lequel Maud Simonot se repose pour évoquer la beauté de la nature. L’écriture est accessible et nous permet de comprendre facilement l’histoire, mais le style peut toutefois se révéler trop simpliste et décevoir l’attente littéraire du lecteur.

Portée par la poésie, cette lecture nous fait côtoyer les étoiles et dévoile la magie présente dans les moments les plus ordinaires de la vie.

 

Clara 1G2

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 6 Décembre 2020

Les impatientes, Djaïli Amadou

L’impatience est un vilain défaut

        Les Impatientes est un livre écrit par Djaïli Amadou. Il a été publié en 2017 au Cameroun. Ce livre a reçu le prix Orange en Afrique, en 2019.

       Les impatientes nous interpellent sur la situation des femmes au Cameroun et notamment sur le mariage forcé, le viol conjugal, la polygamie et l’inceste. Nous suivrons trois héroïnes : Hindou, Safira et Ramla. Ramla est mariée de force à un homme malgré l’amour qu’elle porte à un autre. Hindon est mariée de force elle aussi à son cousin violent et drogué. Safira quant à elle accueille une coépouse qui n’est qu’autre que Ramla. « Patience, patience, il faut du temps pour aimer un homme ! ». C’est le leitmotiv de cette histoire.

         Un roman prenant, bouleversant. On le lit d’une traite. Emotions garanties ! Djaïli Amadou est la première autrice africaine à aborder ce sujet douloureux et elle le fait avec pudeur et respect. Ses personnages sont attachants, la détresse dans les paroles de ces héroïnes m’a touchée en plein cœur. Nous ne pouvons que ressentir de l’empathie. Leur journée se résume à s’occuper des enfants, à faire à manger et à subir les coups de leurs maris. Quelle femme souhaiterait avoir cette vie ? Certes, il s’agit d’une fiction, mais des faits similaires se déroulent chaque jour au Cameroun. La compassion que nous ressentons nous donne envie de venir en aide à ces femmes. Une femme qui n’a aucune considération n’est pas être écoutée, encore moins si elle dit qu’elle est frappée et violée. « Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie. Telle est la vraie valeur de notre religion, de nos coutumes, du pulaaku ». Voilà ce que leur père répond lorsqu'elles évoquent ces problèmes. C’est une étape que presque toutes ces femmes ont traversé durant le mariage.

          Dans la plus part des pays européens, la condition de la Femme est bien meilleure que dans de nombreux autres pays. Cet ouvrage nous permet d’ouvrir les yeux et d’intégrer que la position de la femme n’est pas identique partout dans le monde, parce que non tout ne va pas bien ! Un père de famille préfère marier sa fille à un homme brutal et riche plutôt que de la voir finir vieille fille. La possibilité qu'elle ternisse l’image de son nom de famille est inimaginable. Au grand homme tout puissant, il est impossible de dire non ! Non à un mariage forcé, non aux attouchements, non aux « caresses » qui laissent des traces sur le corps, non à une pénétration forcée.  Ces femmes ont juste envie de dire non, mais par malheur, si elles le font, on leur rappelle immédiatement que ce ne sont que des femmes et que c’est de leur faute si tout cela se passe, elles n’ont qu’à être plus dociles. « Patience, patience, il faut du temps pour aimer un homme ! »

        Ce livre est accessible à tous. Les mots sont simples et directs, les phrases courtes. Le livre est à la portée de tout lecteur qui veut être happé par une histoire incroyable avec un fil conducteur qui ne risque pas de le perdre.

       C'est l’un des meilleurs romans que j’ai lus, il nous tiend en haleine tout au long de la lecture. Prenez le temps de lire ce chef-d’œuvre.

Eva 1G2

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 6 Décembre 2020

Écueils

Cléo, une fille âgée de treize ans, vit dans une famille modeste en banlieue parisienne. Elle est passionnée de danse. Un jour, elle se fait recruter par une fondation mystérieuse qui lui propose une bourse. Cela  s'avèrera un piège de prédateurs sexuels qu'elle rencontre lors de prétendus déjeuners. Elle tombe dans les filets de Cathy, une femme très charismatique qui travaille pour cette fameuse fondation. Elle en parle même à des filles de son collège que cela pourrait intéresser, motivées à l'idée de la bourse.

Des années plus tard, un fichier de photos est retrouvé et la police lance un appel à témoins aux filles de la Fondation. On suit Cléo durant les différentes étapes de sa vie à travers le regard de ceux qui l'ont connue, dévoilant à chaque fois un nouveau visage.

Chavirer joue sur la palette du consentement, de la culpabilité et du pardon. Lola Lafon nous montre les nuances du monde, qui n'est pas que noir ou blanc. Elle dévoile la complexité des choses et des êtres. Durant tout le roman, elle raconte l'histoire de ces filles qui ne savent pas si elles sont victimes ou coupables de ne pas avoir su dire non et d'avoir entraîné d'autres filles de treize à quinze ans. Ces questions sans réponses vont les hanter pendant des années, faisant grandir leur culpabilité et l'impossibilité d'oublier ou même de pardonner aux autres, surtout à soi-même. Le silence de toutes ces filles s'est instauré et a imprégné leurs vies en les confrontant à leur passé, les empêchant d'avancer.

Chavirer emporte facilement le lecteur dans son univers et le pousse à la réflexion. Il lui propose un point de vue, mais le laisse décider de ce qui lui semble vrai et le touche. Le livre parle du jugement des autres, mais aussi de celui que l'on a envers soi-même. Il ne juge pas. Au contraire, il encourage le lecteur à se forger son propre avis. L'idée du pardon est très intéressante et complexe dans ce livre. Lola Lafon écrit à la page 106 : « Le pardon n'était pas l'oubli. L'offense ne disparaissait pas comme une tâche de tissu. Pas plus qu'elle n'était provisoirement ''recouverte'' par le pardon. Pardonner était une décision, celle de renoncer à faire payer à l'autre ». En effet, durant tout ce livre, on voit le dilemme chez ces jeunes filles et plus particulièrement chez Cléo. Est-elle coupable d'avoir entraîné d'autres filles avec elle ? Ignorait-elle simplement les conséquences de ses actes ? Les frontières entre le passé et le présent, l'enfance et l'âge adulte sont très ténues. Leur enfance a en quelque sorte été volée. Elles se sont obligées de jouer un rôle qu'elles croyaient indispensable à leur intégration dans la société. Ces filles traumatisées durant leur enfance sont fragilisées.

Chavirer est un livre qui force la remise en question.

Sofia

Lola Lafon, Chavirer

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Octobre 2020

Edition du 10/10/2020

Edition du 10/10/2020

Les élèves du lycée de l'Elorn avec le livre qu'ils ont choisi pour leur critique. Photo Ouest France

Les élèves du lycée de l'Elorn avec le livre qu'ils ont choisi pour leur critique. Photo Ouest France

En marge du Goncourt des lycéens, cette année encore des élèves volontaires du lycée de l’Élorn participent au concours de critique littéraire organisé par la Région et par l’association Le Bruit de lire. Adeline Joly, de la librairie des Passagers du Livre, Véronique Délira, documentaliste au lycée, et Éric Le Hir, de la médiathèque, se sont déplacés mercredi pour présenter la sélection du Goncourt aux vingt-six élèves de première. « La sélection a été dévoilée le 15 septembre au niveau national, quinze livres sont en lice », explique Christian Lardato, professeur de français.

 

Les lycéens ont jusqu’au 20 novembre pour lire l’ouvrage et pour rédiger une critique littéraire. « C’est un bel exercice car, cette année, avec le nouveau bac de français, les élèves pourront argumenter et montrer leur esprit critique », explique le professeur.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2020

Repost0

Publié le 9 Octobre 2020

Edition du 8 octobre 2020

Edition du 8 octobre 2020

Véronique Délira (documentaliste), Éric Le Hir (médiathèque) et Adeline Joly (Les Passagers du livre) ont présenté les différents ouvrages aux élèves. (Le Télégramme / Hervé Corre)

Véronique Délira (documentaliste), Éric Le Hir (médiathèque) et Adeline Joly (Les Passagers du livre) ont présenté les différents ouvrages aux élèves. (Le Télégramme / Hervé Corre)

En marge du Goncourt des lycéens, des élèves de première générale du lycée de l’Elorn, à Landerneau, participent à un concours de critique littéraire organisé par l’association Le Bruit de lire.

Le Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires français, on connaît. Le Goncourt des lycéens, sa déclinaison à destination des établissements scolaires, on connaît aussi. C’est en marge de ce dernier que, depuis plusieurs années, l’association Le Bruit de lire organise un concours de critique financé par la Région Bretagne. 

Le principe ? Chaque élève choisit au sein de la liste des quelque quinze ouvrages du Goncourt celui sur lequel il souhaite travailler. Il commence par le lire – c’est mieux dans cet ordre ! – pour en faire une critique répondant à quelques critères formels : un titre, 3 600 signes au maximum…

Brève présentation

Cette année encore, Christian Lardato, professeur de français au lycée de l’Elorn, à Landerneau, a souhaité entraîner l’une de ses classes dans l’aventure. En l’occurrence, une première générale. Les élèves ont jusqu’au 20 novembre pour rendre leur copie.

Mais comment faire son choix au sein de la liste en question ? Mercredi, ces lycéens ont reçu la visite d’Adeline Joly, libraire aux « Passagers du livre », et d’Éric Le Hir, de la médiathèque de Landerneau. Avec Véronique Delira, documentaliste de l’établissement, ces trois-là se sont partagé une brève présentation des quinze bouquins en lice.

Littérature contemporaine

Ce qui est en jeu avec ce concours de critique littéraire n’est, question récompense, que symbolique. Pour autant, c’est l’occasion pour ces élèves de se pencher sur un livre de leur choix – non imposé par le programme – et, pourquoi pas (ils en ont la possibilité), de bientôt le défendre devant le jury du baccalauréat. Sans compter que lire un roman contemporain peut apparaître comme une petite bouffée d’air frais pour des lycéens qui, par ailleurs, étudieront essentiellement des classiques durant leur année scolaire.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2020

Repost0

Publié le 19 Juin 2020

  Le Covid-19 a interrompu le projet "Immersion(s)", l'amputant de la dernière séance d'entraînement à la mise en voix avec Martine Geffrault-Cadec et de toute la partie consacrée à l'expression corporelle (travail en EPS avec le danseur et chorégraphe Herwann Asseh). Annulée aussi la restitution prévue au musée des Beaux-arts de Brest, au plus près des œuvres...

  Mais on trouvera ici quatre vidéos qui donnent une idée du chemin parcouru au moment où tout s'est figé : les élèves ont enregistré les textes chez eux, pendant le confinement. Merci à Hervé Eléouet qui a réalisé les montages. On devrait pouvoir les découvrir près des tableaux, lors de la prochaine Nuit des musées à l'automne (d'où la petite présentation de 50 secondes qu'il n'est pas utile d'écouter à chaque fois...).

   Chaque poème contient au moins un mot de l'édition 2020 de Dis-moi dix mots  :  aquarelle, à vau-l'eau, engloutir, fluide, mangrove, oasis, ondée, plouf, ruisseler, spitant.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2020 en 2de

Repost0

Publié le 19 Juin 2020

Projets de fontaines à eau par les élèves de Bac pro du lycée de l'Elorn

En lien avec l'édition 2020 du projet Dis-moi 10 mots, les élèves de Bac Pro ERA ont travaillé sur la création d’une fontaine à eau en relation avec des architectures de Vincent Callebaut qui travaille sur la ville écologique. Voici quelques réalisations :

https://elornartetculture.wordpress.com/2020/05/07/eau-dis-moi-10-mots-2020/

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Repost0

Publié le 19 Juin 2020

Avec La Fontaine et Mme de La Fayette, nous avons vu le poids de la morale au XVIIe siècle. On a eu aussi eu l’occasion de constater qu’elle occupe un rôle important chez les autres grands auteurs de l’époque : Molière, La Rochefoucauld, La Bruyère, etc.

A votre tour de vous interroger sur le rapport entre « individu, morale et société au XXIe siècle » en imaginant une histoire qui en rendrait compte : vous allez vous glisser dans la peau d’un.e réalisateur.trice et inventer la fiche cinématographique de votre propre film (ou d’une série sur Netflix si vous préférez), à la manière de ce qu’on trouve en ligne.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Juin 2020

 

NOM DU FILM : En un regard.

 

REALISATEUR : Mathieu Kassovitz

 

SYNOPSIS :

 

Madeleine, réside à la villa Margot en Provence. Elle vient d’une famille traditionnelle, classique et très catholique. Ses parents ont toujours tenu à lui enseigner les valeurs du bon chrétien à travers une éducation stricte sans véritable liberté. A l’aube de sa majorité, Madeleine quitte le nid et découvre ce qu’est réellement la vie. En réalité, sa vie commence. Il aura suffit d’une seule rencontre, d’un seul regard pour remettre en cause dix-huit années d’éducation. Cette rencontre c’est Camille, une jeune blonde pour qui Madeleine ressent le grand amour. Mais ses parents la croient fiancée à Victor, son meilleur ami. Madeleine continuera-t-elle à fréquenter son grand amour ? Ou fera-t-elle appel à la raison en entreprenant la relation qu’elle est censée avoir avec Victor ?

 

CRITIQUE :

 

Dans En un regard, Mathieu Kassovitz nous éclaire sur le premier amour. Ce sentiment est d’ordinaire fort, mais dans ce film il est surtout déchirant.

Joséphine Jappy et Alice Isaaz incarnent divinement bien la jeunesse de notre siècle qui se retrouve parfois confrontée à des choix difficiles. Le tiraillement entre les parents, la religion et la passion nous perforent à jamais. On note également l’intervention de Pierre Niney dans le rôle de Victor, tant aimé par les parents et si parfait selon eux. Sa présence prouve que la place des sentiments est souvent plus forte que tout le reste.

Les thèmes abordés nous gardent en haleine et la question demeure jusqu’au dernier instant, quel choix fera-t-elle ?

Ce film est la preuve que la vie est faite de surprises, de rencontres, de regards. La vie ne tient qu’à un fil, parfois qu’à un choix.

Anaïs, 1G2

Voir les commentaires

Repost0