Publié le 15 Mars 2021

Différents indices témoignent d'une façon novatrice de faire de la poésie :

  • La présence d'engins modernes comme les avions page 11 : «  Beluga XL », « Airbus A350 XWB »
  • Il y a des dialogues entre Daniel et Jean-Paul comme aux pages 13 ou 16. Florence Jou crée alors un nouveau cadre.

  • Les textes ne sont plus en vers, mais en prose : on voit de longs passages qui sont comme des paragraphes. On le voit notamment page 44.

  • Il y a également des définitions comme "Régénératif" ou "Symbiotique" (page 42), "Centre d'art météorologique"( page 43)...

  • Nous ne retrouvons pas de procédés propres à la poésie, comme les vers, les rimes... Il s'agit d'une écriture libre. Florence Jou utilise la liberté du langage.

  • Enfin elle emploie un lexique inattendu avec des mots tels que « Baragouine », « anglons », « slidons »... Ce sont des mots peu communs et je ne suis pas sûre qu'ils existent tous.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

Florence Jou renouvelle la manière de faire de la poésie. La poésie classique est faite de strophes, de vers, de rimes, de césures à l’hémistiche… Florence Jou ne fait absolument rien de tout cela sauf page 11 et 12. Dans la poésie moderne, on peut faire de la prose, supprimer les rimes (bien qu’il faille garder une certaine musicalité). La poésie contemporaine est plus libre et Florence Jou est encore plus libre, elle instaure des dialogues entre Daniel et Jean Paul dans Alvéole 1. Elle conte des récits sur plusieurs page, c’est le cas d’Alvéole 1 et Alvéole 2, les pages 40 et 41 ont même des airs de roman. Florence Jou se permet de s’adresser directement à son lecteur comme à la page 48 « Messieurs, entendez… ». L’auteure renouvelle la poésie sans l’oublier en utilisant quelques procédés comme cette comparaison page 18 «  les instruments étaient comme leurs organes ».

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

  • Aux pages 13 et 14 ainsi qu'aux pages 19 à 22, l'auteure instaure un très long dialogue entre plusieurs personnages, ce qui ressemble plus à du théâtre qu'à de la poésie.
  • Elle n'utilise pas la versification pour sa poésie, mais je crois que c'est une écriture libre.
  • Elle introduit des définitions aux pages 42 et 43 : « Régénératif », « Symbiotique» et « Centre d'art météorologique ».
  • Aux premières pages, elle parle de moyens de transport modernes comme les avions.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

Florence Jou renouvelle la manière de faire de la poésie par divers procédés : 

  • Le recours au dialogue

Jean-Paul / Et on le trouverait ?

Daniel / À moins qu'on ne trouve des corps...

Jean-Paul / Ou bien notre maquette… (p22)

  • L'abandon de toute forme classique avec des rimes

Beluga XL dans le ciel,

ils regardent son fuselage en forme de baleine souriante, fument des

cigarettes,

sur le balcon,

se répètent peut-être

« sacré mastodonte, le Beluga, nouvelle génération ». (p11)

  • Des thème inhabituels

Ils suivent du regard ces enfants qui chantent pour commémorer

le naufrage du Lancastria, paquebot transatlantique qui coula en moins

de vingt minutes sous les bombes allemandes. (p12)

  • La présence de définitions au milieu de certains poèmes

Régénératif

Déplacer notre centre de gravité.

Nous détacher d'une humanité coincée dans ses os et squelettes.

Penser un régime d'actions basé sur des associations symbiotiques (p42)

  • Enfin, elle s'adresse directement aux lecteurs et raconte une histoire

Notre émancipation s'amplifie, résonne dans tout notre

corps, même nos parasites s'agitent avec bonheur à la perspective de ces

ces horizons. (p48)

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

Florence Jou est une artiste contemporaine, on remarque dans Alvéoles Ouest différents indices qui nous laissent à penser qu’elle renouvelle la manière de faire de la poésie. Tout d’abord, il y a des dialogues entre les personnages Daniel et Jean-Paul comme à la page 13. On trouve également des définitions, ce qui est peu commun, comme " Régénératif " et " Symbiotique " (p.42), " Centre d’art météorologique " (p.43), ou encore " Cadastres sensibles et mémoriels " (p.46). L’auteure ne respecte pas les règles de la poésie classique, les poèmes ne sont pas écrits en vers mais en prose, et il n’y a pas non plus de rimes, ce qui permet une écriture plus libre. Elle parle de technologie récente / d’engins modernes, comme les avions à la page 11 : « Beluga XL » et « Airbus A350 XWB ». Enfin, elle emploie un nouveau lexique de mots, plus familiers, avec par exemple : « baragouine », « slidons » et « anglons » à la page 48.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 14 Mars 2021

Peut-on établir un lien entre le recueil de Florence Jou et le parcours au programme ?

Le parcours « Mémoires d’une âme » peut se définir comme un ensemble de sentiments personnels. Pourtant, Florence Jou ne parle pas d’elle dans Alvéoles Ouest, ni même de quelqu’un en particulier. Non, elle raconte le destin, la vie de travailleurs sur les chantiers navals de Saint-Nazaire. Alors peut-on dire que cette fiction est liée à notre parcours ? Eh bien oui si l’on en croit Victor Hugo qui écrit dans se préface des Contemplations  : «  Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous ». Ici, Florence Jou ne livre pas les mémoires d’une seule âme, mais d’une infinité de personnes.

Anna, 1G2

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 14 Mars 2021

Le lien entre le parcours « mémoires d'une âme » collective et Alvéole 1 réside dans le fait que cette œuvre met en scène deux amis qui se rappellent tous deux leur passé commun, ainsi que les avancées industrielles qu'ils ont vu passer. Le mot « collective » prend encore plus son sens quand on réalise que la mémoire de ces hommes est celle de tous les ouvriers de l'époque.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 13 Mars 2021

Florence Jou au 38ème Marché de la poésie (juillet 2020)

Florence Jou au 38ème Marché de la poésie (juillet 2020)

Florence Fou est née en 1980. C’est une poétesse performeuse qui vit et travaille à Nantes. Après des études supérieures en Lettres modernes et en Arts plastiques, elle obtient un CAPES de Lettres modernes. Elle enseigne à l’université de Paris-Sorbonne I puis soutient un doctorat en Art et sciences de l’Art dont le sujet est : « La constellation, processus écologique de création ». Christophe Viart dirige sa thèse.

Elle définit et explique sa démarche créatrice avec ces mots : « En tant qu'artiste, je m'intéresse aux croisements entre la poésie et les autres arts. Au travers de collaborations diverses (comédiens, musiciens, chanteuse) et de dispositifs multiples (studio radio, espace scénique, revue numérique), j'envisage ma pratique poétique comme une plate-forme d'échanges. J'écris des textes poétiques que je déplace dans différents circuits de transmission et de réception, tels que la revue en ligne, la radio, la scène, le cédérom ».

En tant que poète-performeuse, Florence Jou s’éloigne de l’image traditionnelle du poète. Au lieu de figer un sentiment par des vers, elle s’emploie à rendre son œuvre plus vivante : elle est faite pour être lue, vue et entendue et si possible sur scène, car elle doit être vécue par le spectateur. Elle sonde ainsi toute la richesse et la diversité de l’écriture poétique, des liens qui se créent entre les disciplines artistiques et les modes de diffusion.

Son œuvre artistique se présente ainsi :

  • 2020 : recueil Alvéoles Ouest, sélection 2020-21 du Prix des Découvreurs.

  • 2015 : Projet Enquête#, des fictions performatives sur des artistes ou des lieux (Musée Réattu, Arles, Le Grand Café-centre dart contemporain de Saint-Nazaire, Maison de la poésie de Normandie…)

  • 2014 : parution texte Iode sur revue remue.net ; production cédérom Iode ; performance Iode, Les Carafés et Le Zygo Bar, Nantes.

  • 2013 : enregistrement et diffusion fiction radiophonique Iode , radio 3dfm, Arles.

    (voix : Marie Mirabel et Gilles Cadet ; musicien au thérémine : Julien Kamoun).

  • Performance Iode, Galerie Le Magasin de Jouets, Arles.

  • Exposition Art et design, Galerie L'Isba, Perpignan.

Anna, 1G2

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0

Publié le 12 Mars 2021

Concrétisez votre plus cher désir !

En l’écrivant sur un vieux ticket

Composez un poème sur un ticket usagé (bus, cinéma, caisse…) ou sur une vieille étiquette.

Notez votre nom et votre classe au dos de ce poéticket, puis déposez-le dans l’urne à l’entrée du CDI avant le 16 avril.

Le thème du concours des poétickets est, cette année :

À crocs et à cris

Un jury, présidé par Guiomar Campos, danseuse-chorégraphe tap tap tap, choisira des gagnants. Les lauréats recevront un tickart, l’oscar du ticket.

Les poèmes hors-sujet sont admis. Vous n’êtes pas obligé d’écrire dans la langue de molaire.

Un prix caméléon récompensera le poème qui exploitera le plus malicieusement les inscriptions figurant sur le ticket.

Vous pouvez consulter la règle du jeu complète sur le site internet du concours et découvrir de nombreux poétickets composés par les participants au fil des éditions.

http://poetickets.fr

Poétickets - Edition 2021

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 en 2de

Repost0

Publié le 10 Mars 2021

A moins d'une semaine de la rencontre avec Florence Jou (organisée avec le concours de la Maison de la poésie de Rennes) le lycée ferme ses portes pour une semaine en raison de la situation sanitaire. Nous jouons décidément de malchance puisque l'an dernier déjà nous avions dû renoncer à la visite de Pierre Vinclair au moment où commençait le confinement...

Priés de rentrer chez eux, ce mercredi, les élèves du lycée de l’Élorn ne pourront par revenir avant une semaine. Ils devront avoir avec eux une attestation de dépistage négatif. (Le Télégramme/Yann Le Gall)

Priés de rentrer chez eux, ce mercredi, les élèves du lycée de l’Élorn ne pourront par revenir avant une semaine. Ils devront avoir avec eux une attestation de dépistage négatif. (Le Télégramme/Yann Le Gall)

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2021 - Florence Jou

Repost0