Articles avec #printemps des poetes 2011 - jerome leroy tag

Publié le 18 Avril 2011

 

         Jérôme Leroy est né en 1964. Il a enseigné pendant 20 ans. Déjà dès tout petit, il écrivait des histoires qu’il essayait ensuite de revendre à sa famille. Il a écrit vingt livres dont deux recueils de poèmes. Le premier recueil rassemble les meilleurs poèmes qu’il a écrits pendant environ quinze ans. Un dernier vers en Atlantide a été créé à partir des poèmes de ces cinq dernières années. Pour lui, un recueil de poésie ne se lit pas comme un roman, il faut le « picorer ».

 

6-J. Leroy

 

D’où vient son inspiration ?

         Pour le recueil Un dernier vers en Atlantide, qui a été réalisé entre 2004 et 2010, Jérôme Leroy s’est inspiré de l’actualité, de son inquiétude sur l’avenir du monde, « le monde devient nu, un roman apocalyptique » nous a-t-il confié. Il évoque aussi la crise de la quarantaine, qui représente le milieu de la vie et donc « la tristesse de devenir un vieux con ».

 

Est-ce-que ses poèmes contiennent une part d’autobiographie ?

         Il y a une très grande part d’autobiographie avec la nostalgie de sa jeunesse. Il a passé plusieurs étés entre 15 et 21 ans en Union Soviétique. Il appartient également à une famille communiste, d'où les allusions dans plusieurs de ses poèmes. En évoquant l'Atlantide, il pense également au monde perdu  comme le communisme qui a disparu. C'est une double nostalgie.

 

Beaucoup de chanteurs apparaissent aussi dans ses poèmes, y a-t-il une raison particulière ?

         Les chanteurs évoqués sont tous des chanteurs de soul et de rythme & blues car il a une affection particulière pour ce genre de musique. Marvin Gaye ou encore Amy Winehouse sont des chanteurs qu’il apprécie. Jérôme Leroy a besoin d’un paysage sonore ; cependant le rythme de ses poème n’est pas basé sur la musique. Il évoque aussi son « problème avec la rime ».

  

Pourquoi ce problème avec la rime ?

         Si bien des poètes font très attention aux rimes, Jérôme Leroy la trouve « trop poétique ». Par la même occasion, il nous explique sa gêne quand on le désigne comme un poète. Il appelle cela un « blocage ». Pour lui, pour écrire un poème, il faut éviter de faire poétique.

 

A la lecture de ses textes, nous lui demandons s’il trouve une limite à la poésie des mots ?

         Dans ses poèmes, Jérôme Leroy emploie toutes sortes de mots et même« vomir » ; il aborde des sujets comme le sexe, la drogue, l’alcool ... Il nous explique  qu’il n’a pas de censure et que l'important n'est pas le sujet mais le regard posé dessus. Un sujet comme le sexe est poétique ! Il parle donc librement. Il cite Kant : «  L'art n'est pas la représentation d'une belle chose, mais la belle représentation d'une chose »

        De plus, pour lui les outils comme les métaphores ou les périphrases ont une connotation trop poétique ; il les met à distance.

5-J. Leroy- 1ES

 

Une question nous intriguait : pourquoi fait-il souvent référence aux bonobos ?

         Ces singes sont des animaux assez inhabituels dans des poèmes !  Il est fasciné par les grands singes. Les bonobos sont à 98% proches de nous et chez les Bonobos, il n’y a absolument pas de hiérarchie ; ils ne règlent jamais leurs problèmes par la violence, mais par le sexe. Il dit : « Les Bonobos sont des singes Peace & Love » Il ajoute : « Mais je n'en connais pas personnellement » Le monde des Bonobo est moins violent que le nôtre. « Si Darwin avait découvert que les Bonobos étaient les singes les plus proches de l'homme, comment aurait évolué sa théorie ? » Le monde actuel aurait peut être était plus « rose ». Sa référence aux bonobos est en quelque sorte une critique de notre société !

 

Avec l’évocation de  l’union soviétique, nous pouvons nous demander s'il a fait d’autres voyages

          Jérôme Leroy intervient à l’étranger, travaille pour Marianne et le magazine Géo, ce qui lui offre des occasions de se déplacer. Mais il préfère voyager pour aller voir des amis. Ces voyages représentent une source d’inspiration supplémentaire pour lui.

 

La question de l’écriture vient alors : a-t-il écrit dans le train en venant ?

         Il nous répond que non. Il a surtout lu (car il aime lire).  Cependant écrire lors de trajet peut lui arriver.

 

A-t-il un rythme d’écriture ?

         Pour lui la poésie ce n’est pas comme le roman, on ne peut pas s’assoir devant un ordinateur et rester une heure pour travailler un poème comme c’est le cas pour les romans. Un poème vient quand il vient. C'est pourquoi il a toujours un carnet sur lequel il peut écrire quand l’inspiration lui vient Il peut écrire trois à quatre poèmes par semaine ou par mois. Ce n’est pas forcément régulier.

 

Quand estime t-il qu’un poème est fini?

Dès le premier jet, le poème est fini à 90%  et au bout du deuxième,  il est fini à 99,99%.

 

Nous nous demandons aussi pourquoi il ne met jamais de ponctuation dans ses poèmes, sauf le point final.

         Jérôme Leroy retire la ponctuation de tous ses poèmes. Sans ponctuation, il y a possibilité de jouer sur plusieurs sens, sur l’ambiguïté ; il trouve que l’ambiguïté est « belle»  De plus, cela permet à chacun de trouver son rythme de lecture.


  Écrit-il toujours à l’encre et au papier ? Ou est-il passé à l’ordinateur ?

         En ce qui concerne les romans et les essais, il est passé à l'ordinateur depuis 1997 environ, il trouve cela plus facile. Pour la poésie, il a gardé son petit carnet qu’il emmène partout avec lui pour noter quand l’inspiration est là. Il dit aussi que la poésie sera la dernière forme de texte qu’il fera à l’ordinateur. Il tape seulement son poème quand il est fini.

 

En écrivant ses poèmes, quel public vise t-il ?

         Il n’y a pas de public visé en particulier mais il ne pensait pas aux lycéens en publiant ses deux recueils. Ces poèmes peuvent viser tout le monde, il ne s’est pas forcement posé la question.

 

Dans le monde de la poésie est-il facile de ce faire un nom ? D’être publié ?

         Jérôme Leroy nous explique que s'il n’avait pas écrit des romans avant ses recueils, il aurait eu beaucoup de mal à faire publier ses travaux poétiques. Sans avoir déjà publié avant, c’est assez difficile. Il n’est pas facile non plus de se faire un nom. Il ajoute que l'on ne vit pas de la poésie.

 

Nous lui demandons si sa poésie peut avoir de l’influence sur ses lecteurs ? 

         Jérôme Leroy pense qu’avec moins de 1000 exemplaires vendus, il est difficile d’influencer la population. Cependant dans ses poèmes réside l’envie de faire voir les choses différemment. Et si le lecteur change sa vision des choses grâce à ses poèmes, il n’en sera que plus satisfait !

 

Il termine par :

 « La poésie durera toujours » « C'est une des premières formes de d'expression, et le dernier texte écrit sera un poème. »

 

 

Céline et Estelle, 1ère ES

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Jérôme Leroy

Repost 0

Publié le 18 Avril 2011

 Compte rendu

de la rencontre avec J. Leroy.

  2-J.-Leroy--1ES.jpg

 

Quand avez-vous publié vos premières œuvres ?

J’ai publié mon premier roman en 1990 et mon premier recueil de poésie en 2006.


Comment procédez-vous pour écrire vos recueils ?

Je rédige mes poèmes à la main sur des petits carnets que j’ai toujours sur moi. L’envie d’écrire un poème peut arriver à n’importe quel moment. Par exemple, pour mon recueil Un dernier verre en Atlantide, j’ai passé cinq  ou six ans à rédiger des dizaines de poèmes et j’en ai ensuite sélectionné certains. Pour mes romans et nouvelles, j’utilise un ordinateur depuis 1997. Mais l’approche n’est pas la même pour un poème. Je ne peux pas m’asseoir à un bureau et écrire. Il faut attendre que l’inspiration vienne. Il faut que cela soit spontané.

 

Quelles sont les procédés de style que vous utilisez ?

Je n’utilise pas de rime. Je trouve cela trop « poétique », trop lyrique. Je préfère privilégier les assonances ou encore les répétitions. J’utilise également les blancs et l’absence de ponctuation afin de créer une certaine ambiguïté, de laisser le lecteur choisir librement où reprendre son souffle.


Quelles sont vos sources d’inspiration pour Un dernier verre en Atlantide ?

Ce recueil m’a permis d’exprimer mes inquiétudes sur l’avenir de notre planète : j’ai l’impression que le monde prend une dimension de plus en plus surnaturelle. L’éventuelle fin du monde évoquée ces derniers temps paraît parfois possible et cela m’angoisse beaucoup.  De plus, je pense que les poèmes de ce recueil m’ont beaucoup aidé dans ce que j’appelle « ma crise du milieu de la vie ». En effet, ils m’ont permis d’exprimer mes différents questionnements. C’est pourquoi certains de mes textes ont une connotation légèrement mélancolique.


Dans votre recueil, vous évoquez à plusieurs reprises différents chanteurs. Quelle place occupent-ils dans vos poèmes ?

La musique occupe une place importante dans ma vie. J’aime particulièrement la soul et les girls groupes des années 1960. De plus, il y a des morceaux qui font ressurgir certains de mes souvenirs, alors j’en parle lorsque j’écris. Cependant, le rythme de mes poèmes ne s’inspire pas de ces musiques, même si je pense que cela vient inconsciemment parfois.

 

 

Vous parlez beaucoup du communisme et de l’union soviétique, pourquoi ?

J’ai passé plusieurs étés en Europe de l’est lorsque j’avais entre 17 et 20 ans. De plus, je suis issu d’une famille communiste. Je n’adhère pas forcément aux idées du communisme, mais il me semble pourtant que ces sociétés de l’est étaient plus humaines. Je rapproche ce monde de l’Atlantide car il a totalement disparu.


Vos poèmes sont-ils autobiographiques ?

Oui, ils le sont en grande partie. J’ai beaucoup voyagé et ces voyages sont très importants dans mes écrits. Je m’inspire parfois de poètes du voyage comme Cendras.


Vous employez des termes qui ne sont pas conventionnels. Quelles est votre conception de la poésie ?

Pour moi, des termes comme « sexe » ou « vomir » sont poétiques. La poésie ne consiste pas à représenter de belles choses, mais à bien les représenter.


On retrouve à plusieurs reprises la présence du bonobo dans vos poèmes. Que représente cet animal pour vous ?

Je ne voue pas un culte à cet animal. Cependant, je trouve cette communauté très intéressante. En effet, ils parviennent à accomplir des choses que nous sommes incapables d’envisager. Ils règlent par exemple les conflits par l’amour.


Quel est le public que vous visez ?

Je ne vise personne en particulier. Cependant, il est vrai que mes lecteurs sont des personnes qui se ressemblent je pense.

 

Anne-laure & Noémie 1ES 

 

        

 

  

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Jérôme Leroy

Repost 0

Publié le 18 Avril 2011

             Les élèves de 1ES et de 1S1 ont lu Un dernier verre en Atlantide, recueil de poèmes écrits par Jérôme Leroy. Le projet Voix d'aujourd'hui, initié par le CDDP de Brest et soutenu par la région Bretagne a permis aux élèves de rencontrer l'auteur le 24 mars dernier. Un beau moment d'échanges sur la poésie contemporaine et les questions qu'elle pose...

 

8J.-Leroy.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Jérôme Leroy

Repost 0

Publié le 18 Avril 2011

 

1-J.-Leroy-1S3.JPG

        Jérôme Leroy, poète français né le 16 juillet 1964, écrit ses poèmes en vers libres ou en prose. Il en écrit depuis son plus jeune âge. Enfant, il les vendait aux membres de sa famille pour environ 20 centimes …

        Il a des origines Russes et en est très fier : il est communiste, il a fait plusieurs voyages en Russie. L'ex-U.R.S.S est un peu son atlandide qui lui manque. En effet, il y a connu son premier baiser, et beaucoup de ses souvenirs y sont restés et sont maintenant engloutis.

        D'après lui, la lucidité est comme la blessure du soleil Je lui ai posé une question en rapport avec le "pessimisme" de ses poèmes ; il m'a répondu que "le monde est en train de sombrer et non de s'améliorer comme auparavant. C'est pour cela qu'il faut en profiter au maximum pendant qu'il en est encore temps." Même s'il a eu des affinités communistes, ses poèmess ne sont en rien engagée=s et ne servent qu'à susciter des émotions dans l'esprit de ses lecteurs. Un sourire ou une larme est pour lui la plus belle des récompenses. Il reprend également la citation de Kant : "L'art n'est pas la représentation d'une belle chose, mais la belle représentation d'une chose."

Lorsqu'il écrit ses poèmes, c'est qu'il a été inspiré par un sentiment déstabilisant ou un moment de flou. Il recherche alors dans une atmosphère personnelle : près de son chat, de sa femme, dans sa bibliothèque … Il peut alors écrire des choses comme ce poème que j'ai pu relever dans son premier recueil, publié en 2006 et intitulé Le déclenchement muet des opérations cannibales



"Juste"

Juste une hésitation

 un aphorisme inachevé

ou un baiser trop rapide

ces lèvres qui s'effleurent

plutôt que de se mêler

Cet aphorisme qui suspend

plutôt que de conclure

juste une hésitation

et puis plus rien

plus rien pour toujours.



            Il faut également savoir qu'il ne publie qu'environ un tiers de ses poèmes car il en écrit énormément dans un petit carnet qu'il a toujours avec lui.

 

             J'ai beaucoup apprécié le fait que Jérôme Leroy accepte de nous rencontrer, mais comme il le dit : "Lorsqu'il s'agit de parler poésie, je peux me déplacer partout."

 

Yaël

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Jérôme Leroy

Repost 0

Publié le 18 Avril 2011

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Jérôme Leroy

Repost 0

Publié le 31 Mars 2011

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Jérôme Leroy

Repost 0

Publié le 27 Mars 2011

Lycée de l'Élorn. La poésie y fait son printemps

26 mars 2011

 

  • Deux classes de première, avec leurs professeurs de lettres, Christian Lardato et Pascale Quidu, ont eu l'occasion, jeudi, de rencontrer Jérôme Leroy, romancier et poète niçois.

Jeudi, les élèves de deux classes de première du lycée de l'Élorn ont eu l'occasion d'échanger avec Jérôme Leroy, romancier et poète lillois. Cette rencontre était proposée dans le cadre du Printemps des poètes, en collaboration avec le Centre Départemental de Documentation Pédagogique de Brest.

Ouverture à la poésie contemporaine

«La poésie n'est pas qu'une histoire de petits oiseaux et de jolies fleurs. Tout thème peut être poétique, à condition d'avoir le bon regard. Et les ressources propres au langage poétique ne se limitent pas à la rime. On peut jouer avec les sons, la ponctuation,etc.», a expliqué Jérôme Leroy, auteur du recueil «Un dernier verre en Atlantide», sorti en 2010. Proposé pour la quatrième année consécutive aux lycéens, le Printemps des poètes permet une ouverture d'esprit des élèves sur la poésie contemporaine.

«Poésie en liberté» et «Poétickets»

Lecteurs, ils ont également l'occasion de tester leur talent d'auteurs. «Cette année, ils vont s'atteler àl'écriture de poèmes sur l'Élorn. Les textes seront prochainement publiés sur le blog du lycée. Certains vont également participer au concours national "Poésie en liberté". Et  l'opération "Poétickets", lancée par l'association brestoise Compter les Girafes, invite l'ensemble des élèves du lycée à écrire quelques vers surdes tickets de bus, de course, de train, etc. À déposer dans l'urne du CDI. Les meilleurs seront primés», ont indiqué Christian Lardato et Pascale Quidu, professeurs de lettres.

© Copyright Le Télégramme 2011

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Printemps des poètes 2011 - Jérôme Leroy

Repost 0