Articles avec #critiques litteraires - goncourt 2011 tag

Publié le 20 Juin 2012

        Aux pierres du château des Murmures se mêlent des filets de voix.

       Des voix de femmes, à peine audibles, fantômes d'un passé lointain effacé des mémoires. Mais lorsque l'on tend l'oreille, parmi toutes ces supplications, une voix se fait plus forte que les autres. C'est une jeune fille. Elle crie sa détermination, sa révolte. Une révolte contre l’Église, contre son mariage forcé, contre une éducation trop protectrice, contre son père. Le jour du mariage, Esclarmonde dit « Non ». À partir de là, elle se condamne volontairement à une errance entre réel et spirituel. Elle décide de se faire emmurer, et c'est entre ces quatre murs que l'on suit l'histoire d'une héroïne hors du temps qui "éclaire le monde", depuis la cour du château jusqu'aux terres saintes de Jérusalem.

 

        Qu'est-ce qui nous charme dans ce roman? Qu'est-ce qui nous retient attaché à ces pages ?

          Une étrange alchimie. Voilà ce qu'est l'écriture de Carole Martinez. Une croisade des sentiments, un conte de fée perdu dans les méandres du temps. Un récit sombre et obscur empli de tristesse raconté avec poésie et douceur dans lequel les mots nous emportent dans un souffle où fables et légendes viennent se confondre à un quotidien de châtelains, d'hommes d'Église et de pèlerins. Ces hommes et ces femmes, qui ont besoin de croire, en un Dieu, en une messagère, en une sainte. Mais malgré les songes de ces âmes torturées, les cloches sonnent, l'espoir subsiste. Dans un XII ème siècle ravagé par les hommes et leurs guerres insensées, il est difficile pour une demoiselle de vivre heureuse et la seule échappatoire honorable est la religion. Mais lorsque l'humanité entière vous dégoûte, il ne reste que le reclusoir. La jeune femme, dans son isolement, apprend beaucoup et se rend peut être compte que la voie du Christ n'est pas obligatoirement la clé d'une liberté rêvée.

 

        Tout en arpentant les ténèbres de sa cellule, en communion avec le ciel et la terre, Esclarmonde n'oublie pas de mettre en garde chaque lecteur : « Certes ton époque n'enferme plus si facilement les jeunes filles, mais ne te crois pas pour autant à l'abri de la folie des hommes. » Les traces d'une existence passée ne sont pas éternelles. Et c'est avec plaisir que l'on vient s'égarer dans ce roman qui nous les rappelle.

 

 

        Du domaine des murmures est une ode à la vie, un requiem pour les vivants.

 

Clément A. 1A - Carole Martinez, Du domaine des murmures, Gallimard

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2011

Repost 0

Publié le 11 Mai 2012

 

Un passé qui se tait

 

Le silence, Lucile et son silence. Le silence est Lucile. Dans son dernier roman, Rien nes'oppose à la nuit, Delphine de Vigan nous transmet ce silence en disant tout. Mettre ses peurs de côté et raconter ce silence. Lucile, silencieuse petite fille, est devenue une mère obligée de se taire face à ses enfants qui ne peuvent rien pour elle. L'auteur n'éludera aucun fait pour écrire avec courage sa vie et dans le même temps, celle de sa mère. Cette vie si proche de la sienne et pourtant si lointaine. Cette vie obscure et mystérieuse, pleine d'évènements troublants et de morts déconcertantes.

 

Comment faire le deuil de Lucile ? Une mère si discrète s'enfermant quotidiennement dans un mutisme profond et sans fin, emprisonnée dans une camisole chimique pour se protéger du monde environnant.

Lucile perd peu à peu les êtres qui lui sont chers dès son plus jeune âge. Antonin, un des ses jeunes frères, premier mort d'une longue série, suivi de Jean-Marc, l'enfant adopté pour occuper le vide qu'Antonin avait laissé dans cette famille si nombreuse. Vient ensuite le tour de Milo. Au fond d'un bois ou d'une clairière, le frère de Lucile se tire une balle dans la tête. Plus que la mort encore, Lucile est une objet de fascination pour son père, ce qui les emmène aux limites des relations incestueuses. Sur cet épisode de la jeunesse de sa mère, Delphine de Vigan ne peut que supposer. Ses proches ne veulent ou ne peuvent en dire plus sur cette passion folle de son père face à sa fille. La romancière s'acharne à comprendre cette famille si complexe et énigmatique, et s'en sort avec brio.

 

Dans ce roman, Delphine de Vigan parvient à nous transmettre ses doutes sur ces deux vies entremêlées. Mais son style léger réussit à nous faire passer sans encombre les moments difficiles. De plus, l'alternance de l'histoire de sa vie et de ses réflexions sur l'écriture de ce livre nous prouve qu'il est éprouvant de démêler l'histoire de sa famille.

 

Au fil des pages et de notre lecture, ces destins nous emportent comme dans un tourbillon de sentiments destructeurs mais véritables. Rien ne s'oppose à la nuit. Mais l'amour d'une fille pour sa mère prouve le contraire. Elle éclaire l'obscurité de son enfance grâce à sa plume et lève le voile de la maladie de la dépression pour en parler librement.


Clémence Z.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2011

Repost 0

Publié le 11 Mai 2012

 

 

                                                                     


 

     Yacef veut tout, tout de suite. Il vit dans la précarité, dans la violence, l'absence totale de limites. A l'image de ses amis « cailleras », en banlieue parisienne. Enchaînant les délits, ils n'hésitent jamais à recourir à la force et au racket, pour acheter plus tard une nouvelle paire de baskets. Une belle paire de baskets. Rien qu'une paire de baskets.

 

     C'est dans ce climat à la fois puéril et brutal que Morgan Sportès nous présente ce « conte de faits », qui ne laisse aucune place à l'espoir. L'auteur nous raconte tout, et tout de suite ; des petites agressions à l'enlèvement d'un homme, événement qui a défrayé la chronique. Le style du livre, à l'image d'un journal, se veut simple. Cela n'empêche pas les mots de heurter, de choquer, de blesser : « Élie est séquestré depuis quatre jours déjà. Il n'en a plus que vingt à vivre. » Les émotions vont et viennent à chaque page tournée. Et la description des personnages est détaillée et passionnante. Les acteurs de cette macabre tragédie ? Des pauvres, des délinquants, des chômeurs … Certains ont déjà des enfants, d'autres le sont encore. Ils ont tous eu leur rôle à jouer dans cette terrible affaire : l'enlèvement, puis le meurtre de « l'autre », comme ils disent, sous-entendu Élie, un jeune juif qui subit les pires tortures durant vingt-quatre longues journées. L'antisémitisme des ravisseurs, qui croient tous les juifs riches ainsi que leur sadisme sont à glacer le sang tant ils ont perdu toute notion de vraisemblance et d'humanité.

 

     Tout, tout de suite nous montre une jeunesse des banlieues perdue face à une violence banalisée. Ce canevas morbide révèle un récit d'une richesse considérable, haletant et terrifiant de bout en bout. On ne reste jamais indifférent. Plus qu'un livre, c'est un véritable choc.

 

                                                                                                                                                                                                                               Stélian, 1A    

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2011

Repost 0

Publié le 11 Mai 2012

Le mal de mère.

 


 

Del.jpg

 

 

" Sans doute avais-je envie de rendre un hommage à Lucile, de lui offrir un cercueuil de papier." De là découle l'inspiration de Delphine de Vigan. Ce roman, à nous fendre le coeur, retrace la vie rythmée de sa mère, de son enfance solitaire à sa vie quotidienne dans cette famille peu banale, remplie de doutes, d'égarements, de secrets, de chagrins et de deuils. Jusqu'a ce qu'elle decide de mettre fin à ces jours, comme si par cet acte, elle tuait son propre destin tragique, avant que celui ci ne la tue. Se suicider pour "Mourir vivante".

 

Ce n'est qu'une mort parmi d'autres, mais c'est cette émotion profonde qui fut le commencement. Le commencement d'un livre certes, mais aussi celui d'une nouvelle vie sans secret, sans trahison. Comme si ce roman avait permis à Delphine de Vigan de faire le deuil, le deuil de sa mère.

 

Dans rien ne s'oppose à la nuit roman de quelques 400 pages, Delphine de Vigan propose de nous laisser une place dans sa vie pour quelques heures, comme témoin de ces scènes quotidiennes, melant rires et pleurs. Ce n'est pas vraiment le récit de sa vie mais plutot celui de sa douleur que l'on suit jours après jours.

Elle ne vit pas, elle se contente d'exister.

" Je ne voulais pas ecrire ce livre il s'est imposé à moi". Et dire que cette simple contrainte vient de créer un vrai chef d'oeuvre. Un livre envoutant à lire et à relire. Le lire est un délice, le relire est un plaisir où l'on peut découvrir les subtilités, apprécier les détails et retrouver cette émotion. Un livre attendrissant et émouvant que l'on referme les yeux noyés de larmes.

Impossible de rester indiffeèrent à ce livre qui bouscule nos sentiments.

 

                                                                                                                                                                           Solenn.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2011

Repost 0

Publié le 11 Mai 2012

    "Qui aurait la recette du poulait aux épices de sa vilaine grand-mère ?"

     De par cette interrogation silencieuse, Vida Izzara fouille dans sa mémoire, cherchant des bribes de souvenirs, trompant sa solitude. Mêlé aux effluves entêtantes d'épices, le visage de sa fille Paloma revient sans cesse. Depuis le départ de cette dernière, Vida n'est plus la même. Cette femme épanouie, vivant dans le luxe et à l'abris de tous problèmes, réalise soudain que sa vie n'est pas aussi parfaite qu'elle le croyait. Engluée dans une vie fade et morose, elle cherche à comprendre.

     Paloma est partie, sans même le lui annoncer, sans un regard.

C'est la monotonie des jours passés avec ses parents qu'elle fuit, et surtout son père, si froid et si guindé, qui ne la comprend pas. D'ailleurs, a t'il été un jour capable de comprendre sa mère ?

     Vida l'accepte, car Paloma a accompli ce qu'elle ne s'est jamais résolue à faire. Le lieutenant Taibo va la faire sortir de sa torpeur. Enquêtant sur de jeunes gens qui squattent de maisons en maisons, il se rendra compte que ces jeunes ne sont autres que Paloma et son amant Adolfo. La vie de Vida va alors basculer. S'échappant malgré elle de la routine dans laquelle elle était enfermée, elle va, avec Taibo, s'évader, remonter jusqu'à Irigoy, son village natal, où sa vie va alors prendre un nouveau tournant.

     Neuvième roman de Véronique Ovaldé, ce roman croisé nous conte l'histoire parrallèle de deux couples, tous deux à la recherche de liberté. Les sentiments se glissent entre conflits familiaux et quête des origines. Des vies d'oiseaux nous entraîne dans un récit fascinant, où les protagonistes entreprennent une recherche d'identité constante. Reflet d'une réalité, les mots nous touchent, et les émotions présentes à chaque ligne nous transportent tout au long de l'oeuvre.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mélodie P-E, 1A

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2011

Repost 0

Publié le 1 Mai 2012

http://www.bibliotheque.leslilas.fr/portail/images/stories/coupsdecoeur/septembre2011/jayne%20mansfield%201967%20de%20simon%20liberati.jpg

Une poupée de Satan.

 

Nuit du 29 juin 1967.


    Jayne Mansfield, "movie star" ou plutôt "bad movie star", droguée, alcoolique, aux nombreux amants, prêtresse au sein de l'Eglise Satanique, citée également comme cannibale par la presse, trouve la mort lors d'une collision dans sa Buick Electra bleu métallisé; à l'image d'une voiture de poupée.

 

    La poupée Jayne. Une poupée humaine aux dizaines de perruques blondes, aux multiples robes de soirée, toutes plus somptueuses les unes que les autres, qui trouve la mort comme une poupée: démembrée.

 

    C'est l'amour qui trace le destin de Jayne, qui ne fait ses choix qu'en se basant sur ses sentiments. Femme-enfant qui n'agit que sentimentalement, entre dans la vie comme l'on entre en prison: condamnée d'avance. "Imposteur et mythomane" lui disait sa mère. "Une pourriture alcoolo et bourrée de médocs" diront les critiques des années après. Simon Libérati dans Jayne Mansfield 1967 va à l'encontre de la légende autour de l'actrice, comme s'il l'avait connu, comme s'il avait été l'un de ses amants. Il a simplement compris que Jayne était incapable de faire ses propres choix. Qu'il s'agisse de ses mariages comme de ses films, de ses convictions religieuses comme de ses vêtements, elle allait naturellement à l'encontre de l'avis général.

 

    L'exemple le plus évident est Samuel Brody, celui qui partage avec Jayne ses journées et ses nuits. Samuel Brody et Jayne Mansfield, Al Capone et Marylin Monroe des décennies après. Sam, marié et avocat, entretient une liaison avec Jayne, mais pourquoi ? Sûrement pas pour son physique, car Jayne est chauve sous ses multiples perruques blondes platines, ni pour son corps, déformé, abîmé par des années de déboires. Peut-être l'apprecie-t-il pour sa personnalité d'adolescente masochiste ? Ou pour se sentir puissant face aux demandes en mariage à répétition que Jayne reçoit ? En tout cas, ce n'est pas par amour, car chaque jour Jayne s'éffondre sous les coups de son amant.

 

    En amour comme dans sa carrière, de sa relation avec Sam Brody et ses autres amants, à ses choix professionnels - elle fut représentatrice de boucheries lors de leur ouverture et "Gas Station Queen", ou " Queen of the Chihuahua Show"- Very Jane Ottaviano (son vrai nom), en veut toujours plus, toujours plus d'amants violents, et toujours plus d'argent, ce qui fini par lui pourrir la vie.

 

    C'est dans un crescendo inversé que Libérati nous conte son histoire, commençant par sa mort tragique et finissant par les moments glorieux de sa vie. Un choix d'écriture unique, pour l'histoire d'une femme si jeune, mais au corps et au coeur déjà tant abîmés par les années de sa vie tumultueuse.

 

Wendy Le Meur 1A.

Voir les commentaires

Rédigé par Lettres

Publié dans #Critiques littéraires - Goncourt 2011

Repost 0